CSI : la circulation du Covid est descendue loin derrière celle des virus grippaux saisonniers

La 2nde réunion du Conseil scientifique indépendant (CSI) s’est tenue le jeudi 15 avril 2021. Et ce qu’on y apprend est bien différent de ce que veut nous faire avaler la doxa alarmiste officielle sur l’épidémie de coronavirus.

Première intervention, celle d’Hélène Hanoun (minute 7:09 à 19:20) commentant les données du très officiel réseau Sentinelles. Celui-ci, créé en 1984, recense tous les diagnostics communiqués par les médecins généralistes sur les différentes maladies affectant leurs patients. En ce qui concerne le Covid, sont donc dénombrés les patients présentants les symptômes réels de la maladie, et non pas les “cas positifs asymptomatiques”, c’est-à-dire ne présentant aucun symptôme de maladie, chiffre sur lequel se penche pourtant exclusivement les autorités politico-sanitaires pour établir leurs conclusions.

Les différences sont de taille :

  • 1 personne vraiment malade pour 10 malades imaginaires : exemple en semaine 14 (29 mars au 4 avril 2021) où le réseau Sentinelles recense 22.870 nouveaux malades du Covid… quand Santé publique France déclare plus de 200.000 nouveaux cas positifs.
  • le taux d’incidence réel du Covid (nombre de malades réels/100 mille habitants) se situe aux alentours de 100, quand le seuil permettant de parler d’épidémie est fixé à partir de 500.
  • enfin, la circulation du virus SARS-CoV-2 (courbe orange) est devenue bien inférieure à celles des trois autres virus grippaux saisonniers :

Tout cela ne remet évidemment pas en cause la gravité du coronavirus, mais ne justifie pas non plus le confinement général d’un pays, ni la peur panique irraisonée qui s’est emparée dd’une bonne partie du pays.

INTERVENTION D’HÉLÈNE BANOUN (7:09 – 19:20) – 2nde réunion du CSI, jeudi 15 avril 2021
A propos de Pierrick Tillet 3755 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.