LE CHEVAL BLEU ou l’instinct de vie

Le Cheval bleu est une immersion poétique dans la vie, relevant de l’urgence. Un réflexe vital d’autant plus impérieux quand la vie vous a joué un mauvais tour : Camille Tillet, l’auteure, a dû renoncer à sa carrière de musicienne pour raisons de santé. Puisque les notes se refusaient à elle, elle s’empara des mots.

Quand ils ne vous emportent pas, les accidents de l’existence déclenchent souvent un instinct de vie exacerbé. S’immerger dans la vie, c’est accepter de se laisser submerger par le flot tumultueux des sensations, des impressions, des vibrations qui vous laissent tendue « comme une corde d’une contrebasse ».

Je sens la vibration entrer dans mes pieds
Remonter mes jambes
Remplir mon bassin
Et accélérer mon cœur
Ça pulse, ça vibre
L’invisible est physique
Si je pouvais m’unir à la terre
Je propagerais le son plus vite que l’air
De mon promontoire je me tends comme une corde de contrebasse.

Le Cheval bleu, c’est autant de mots posés sur un flot vivant insaisissable, pour en souligner la beauté, lutter contre ses courants contraires, comprendre la complexité et l’immensité d’un monde dont on sait la conquête impossible.

L’homme sort loin dans la forêt et appelle
La chouette répond à son discours insensé
Et dans ce dialogue de sourds ils s’observent
Cherchant d’imperceptibles signes chez l’autre
D’une impossible compréhension.

Vivre, enfin, c’est accepter de se perdre pour se retrouver. Voilà ce que nous découvrons au fil des 46 poèmes de ce recueil si intensément vivant.

Je veux prendre la pluie
Je veux mourir d’envies
Je veux rire !
Rire à n’en plus pleurer
Rire, courir et un jour
Rentrer.

LE CHEVAL BLEU
Camille Tillet
poésie
Lire un extrait Acheter le livre
A propos de Pierrick Tillet 3817 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.