Les commémorations du passé se terminent en général par une sonnerie aux morts

Je n’ai jamais eu de goût pour les commémorations. Encore moins quand c’est pour célébrer une défaite. Même les commémorations des victoires d’autrefois déclenchent chez moi un réflexe instinctif de défense immunitaire. Commémorer un passé plus ou moins maquillé, transfiguré, est souvent une manière de fuir le présent. D’ailleurs les commémorations se terminent en général par une sonnerie aux morts.

Voilà pourquoi il ne me vient pas à l’idée de célébrer l’anniversaire de la Commune, cette défaite. Que célèbre-t-on à travers la Commune de Paris (18 mars-28 mai 1971) ? La naissance d’une résistance, mais celle-ci fut écrasée en deux mois. Un acte glorieux, mais celui-ci n’est glorieux que par ses victimes, ses martyrs. Sonnerie aux morts.

S’il faut en rappeler le souvenir, la tragédie de la Commune de Paris devrait au moins nous inspirer quelques leçons pour la situation présente. Si résister, c’est offrir sa poitrine et ses yeux aux tirs des forces de l’ordre obscur, alors c’est un suicide, pas une révolution.

Oublier les sonneries aux morts, célébrer les vivants

Le titre de gloire des Gilets jaunes réside bien moins dans la répétition d’actes protestataires impitoyablement réprimés que dans la retrouvaille de sans-grades sur des ronds-points où ils fraternisèrent, se firent enfin entendre au moins d’eux-mêmes et se bâtir en passant une conscience politique.

Aujourd’hui, la situation est des plus claires. Le monde des morts est en train de sombrer corps et biens. Rien ne sert de se jeter sur les flashballs de ses nervis, sa dernière puissance désormais. Faudra-t-il plus tard que nous commémorions nos martyrs d’aujourd’hui ?

À l’heure qu’il est, le seul acte véritablement révolutionnaire est de commencer à reconstruire le nouveau monde en parallèle, avec ses véritables amis, sans cors ni trompettes. Beaucoup s’y emploient déjà : agriculteurs, enseignants, soignants, personnels de ce qui reste des services publics, faisant fi des interdictions absurdes et des sermons imbéciles. Rejoignons-les. Oublions les sonneries aux morts, célébrons les vivants.

A propos de Pierrick Tillet 3755 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.