Crise sanitaire : quelles données retenir pour se faire une opinion (et garder sa lucidité)

À propos de la crise sanitaire, le moins que l’on puisse dire est que la population est ballotée entre de telles infos contradictoires et antagonistes qu’elle ne peut que succomber à l’incompréhension et au désarroi. Mais alors à quelles données se fier pour se faire une juste opinion des évènements ?

Écartons d’emblée les chiffres à fuir, méfions-nous des données à prendre avec des pincettes et déterminons les quelques infos propres à nous permettre de bâtir une vue cohérente de la situation et de son évolution.

Le chiffre à fuir : le nombre de nouveaux cas positifs

Il est clair que cette donnée – une première dans l’histoire de l’observation d’une pandémie – n’a aujourd’hui aucune crédibilité, sinon à constater une tentative de manipulation anxiogène de l’opinion : tests PCR biaisées, prise en compte abusive des cas asymptomatiques, multiplication absurde du nombre de ces tests (jusqu’à plus de dix tests pour certaines personnes)… Tout est à jeter.

De fait, les données découlant de ce chiffre douteux, comme le taux d’incidence, n’ont pas plus de sens.

Le chiffre à prendre avec des pincettes : le nombre de décès attribués au Covid

S’il n’est pas entièrement à rejeter, le nombre de décès attribués spécifiquement au Covid est à prendre avec infiniment de précautions. De trop nombreux exemples concrets montrent que l’on a attribué à ce virus des décès qui avaient une toute autre cause : morbidités diverses, manque de soins pour cause de détérioration de l’outil de santé français, âges élevés des patients… Ce chiffre ne vaut que par son caractère indicatif et ne saurait permettre d’établir des conclusions définitives sur la situation sanitaire actuelle.

Il va de soi que toutes les données dérivées de ce chiffre suspect sont elles-mêmes sujettes à caution : taux de létalité, nombre de décès pour 1 million d’habitants…

Idem pour les interprétations tirées de l’évolution de la courbe des décès liés au Covid : par exemple, les effets, négatifs ou positifs, d’une campagne de vaccination.

Les deux seuls chiffres à suivre : les évolutions comparatives de la mortalité et de la surmortalité globalevaccination

En réalité, les deux seules données à examiner sans réserve pour avoir une opinion de l’évolution de la situation sanitaire sont d’ordre comparatif :

  • l’évolution de la mortalité globale (cad, toutes causes confondues) : le résultat provient du recensement de tous les constats de décès enregistrés par commune. L’évolution comparative de ces décès quotidiens avec celles des deux années précédentes permet de se forger une vision fiable de la situation du moment. Source : INSEE.
Source : INSEE
  • l’évolution de la surmortalité globale (Z-score) : plusieurs pays européens se sont entendus pour élaborer conjointement le niveau de mortalité considéré comme normal dans chacun d’entre eux (ligne pointillée noire) et le taux de surmortalité déterminant une zone d’alerte (environ +4 %, ligne pointillée rouge). Il est possible de modifier la période observée et d’affiner les résultats par tranche d’âges. Source : EUROMOMO
Période observée : de la semaine 1-2020 à la semaine 13-2021 ; tous âges confondus
Source : EUROMOMO

Un dernier conseil : entrez d’urgence les sources des deux données ci-dessus dans vos favoris, consultez-les régulièrement, car en dehors d’elles, point de salut pour la lucidité de votre jugement, ni pour la sérénité de votre esprit.

A propos de Pierrick Tillet 3865 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.