Fuir le royaume des morts, rejoindre le monde des vivants

Des jeunes bravent le couvre-feu et font la fête en musique et sans masque sur les quais de Saône à Lyon (30 mars 2021).

Tout semble aller pour le mieux au royaume des morts : on y marche de plus en plus allègrement vers la mort, quoique dissimulés. Israël, champion de la vaccination par thérapie génique, a préféré disparaître volontairement des radars d’Euromomo, le site étudiant la surmortalité dans 22 pays européens + Israël… sauf ce dernier depuis quelques jours !

Faut dire, les dernières données fournies par ce pays étaient tout sauf brillantes malgré leurs Pfizer et AstraZeneca. Exemple avec la surmortalité des plus de 65 ans, premiers vaccinés :

Riches, mais morts

Pas de pot pour nous, il se trouve que le royaume des morts coïncide avec celui des riches. Ce n’est pas pour rien que ce sont les pays les plus riches qui paient aujourd’hui le tribut le plus lourd à la pandémie en nombre de morts par million d’habitants.

Dans l’éditorial le plus intelligent et le plus lucide qu’on ait pu lire sur la crise politico-socialo-sanitaire dite du Covid-19, le site Reporterre écrit :

« La crise sanitaire que nous traversons n’a rien d’un coup du sort. Elle est directement reliée à notre manière de vivre, à notre rapport au vivant et au système économique dans lequel nous sommes encastrés, le capitalisme. La crise sanitaire que nous subissons aujourd’hui est une crise écologique et la crise de notre manière d’habiter le monde. »

(“Cessons de tourner en rond, tirons les leçons”, Reporterre, 1er avril 2021)

Le monde des vivants n’a pas dit son dernier mot

Fuir le royaume des morts, rejoindre le monde des vivants devient dans ces conditions une urgence absolue autant que vitale. Certains s’y emploient, mais pas facile avec la garde blême des moribonds.

Mais rien n’est perdu non plus. Toujours compter sur la jeunesse :

A propos de Pierrick Tillet 3788 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.