Il n’y a plus aucun phénomène de surmortalité en Europe

File d'attente au vaccinodrome de Marseille.

Pendant que les autorités continuent de pousser des cris d’alarme sur les dangers d’une cohorte de virus menaçants, pendant que les populations sont invitées à se précipiter en masse dans des vaccinodromes pour s’y faire inoculer des vaccins à vocation plus commerciale que sanitaire, la surmortalité globale a disparu dans tous les pays européens, comme on peut le voir sur les 18 graphiques ci-dessous établis par le site EUROMOMO sur la base des données fournies par les autorités officielles de chacun des 17 pays européens concernés (+ Israël).

Période observée : de la semaine 1 de 2020 à la semaine 11 de 2021
La zone de surmortalité (calculée en pourcentage) considérée comme acceptable se situe entre la ligne de base (pointillés gris baseline) et la zone limite (pointillés rouges substantial increase).

Sur ces graphiques, on remarquera que 9 des 18 pays étudiés (dont la France) sont même descendus en-dessous de la ligne de base, et qu’un seul flirte encore avec la ligne d’alerte rouge (Israël).

Effets de loupe médiatique et mental

Mais alors qu’est-ce qui explique la paranoïa exacerbée régnant dans la majorité de ces pays ? Elle provient à notre sens de deux effets de loupe :

  • L’effet de loupe médiatique : celui-ci est bien connu, il se traduit par un réflexe de répulsion collective pour un massacre isolé de quelques individus, quand la mort de plusieurs centaines de SDF laisse totalement indifférent dès lors que les médias ne condescendent pas à en parler. Annoncez tous les morts quotidiens pour cause de pollution ou de cancer et vous verrez les foules prêtes à se faire inoculer la première saloperie venue pour peu que des labos avisés les persuadent qu’elle les protègera contre ces deux fléaux. On devine que cet effet de loupe médiatique est évidemment propice à toutes les manipulations par des esprits malintentionnés.
  • L’effet de loupe mental : celui-ci provient de la confusion collective exacerbée provoquée dans les esprits par des causes distinctes de celle mise en avant dans les médias : l’effondrement systémique, la lente érosion de notre cadre de vie, la disparition d’habitudes et de certitudes quotidiennes qui n’ont rien ou pas grand-chose à voir avec une pandémie sanitaire. La différence entre les manipulations constatées dans le premier effet de loupe et celui-ci est que dans ce dernier cas les manipulateurs sont aussi paniqués que les foules manipulées.
A propos de Pierrick Tillet 3869 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.