Guerre de l’info : avantage aux réseaux sociaux… qui ne savent pas en profiter

La multiplication des Decodex, CheckNews et autres AFP factuel sur les médias mainstream pour enrayer les vagues d’infos produites par les réseaux sociaux, montre que les premiers sont réduits à la défensive face aux seconds. Or, tout joueur d’échec sait qu’un adversaire réduit à la défensive est en position de faiblesse.

Les médias mainstream ont beau prétendre que c’est pour enrayer les vagues de fake news déversées par les réseaux sociaux, y aller de leurs mots-barrières éculés – complotisme, conspirationnisme… –, ça ne prend plus. Les « fake news » provenant des Facebook ou Twitter sont pour la plupart surtout des nouvelles impies, c’est-à-dire allant à rebrousse-poil de la religion médiatique professée par les prêcheurs mainstream.

Les avez-vous vu établir des Decodex, des CheckNews ou des AFP factuel sur les innombrables conneries débitées en rafale par les deux porte-parole successifs du gouvernement, par les deux ministres successifs de la Santé, par le Premier ministre ou par le faisant-fonction-de-Président ? Non, les grands-prêtres médiatiques défendent leur chapelle assiégée et n’ont strictement rien à foutre de la vérité des faits.

Temps perdu et coups dans le vide

Le problème, c’est que pour l’instant les joueurs d’échecs des réseaux sociaux ne savent pas vraiment profiter de leur avantage. Quelle torture de les voir le matin sur Facebook ou Twitter, si timorés, aligner des stratégies inutiles, contreproductives, alors qu’on sent qu’ils ont les coups gagnants à leur portée.

Quelle affliction de les voir reprendre en boucle la moindre intervention de leurs adversaires, les ramenant sur le devant de la scène, leur rendant involontairement déférence lorsqu’il suffirait juste de les humilier en les mettant mat en quelques coups.

Quelle calvaire de voir mes amis utiliser et reprendre à leur compte des sondages truqués produits par les services de désinformation mainstream — à quand des enquêtes de l’Ifop ou d’Odoxa sur ce que pensent les Français du Pr Raoult et de l’interdiction de l’hydroxychloroquine ? — donnant ainsi crédit aux coups de leurs adversaires quoiqu’ils s’en défendent, offrant un sursis à leur déroute quand il faudrait juste leur rentrer dedans et les anéantir.

Mais c’est pas grave, ça va venir, ils vont se reprendre… Voilà ce que chaque matin je me répète en me rongeant les sangs devant tant de temps perdu, tant de coups dans le vide sur l’échiquier des réseaux sociaux.

A propos de Pierrick Tillet 3699 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.