Vivre libre, c’est désormais se résoudre à vivre en semi-clandestinité

Comptoir d'un bar ayant décidé d'ouvrir malgré les interdictions.

Depuis le début de cette crise pseudo-sanitaire en mars 2020, il est rapidement devenu clair qu’il fallait se fixer ses propres règles de conduite pour rester en accord avec soi-même et ne pas vivre idiot.

Mais la détérioration de la situation, face à la régression répressive de dirigeants dépassés – troisième confinement en vue, passeports sanitaires en vue (le personnel soignant vacciné arborera un badge pour bien le distinguer des autres…), création d’une unité CRS d’intervention rapide… – pousse à passer à un autre stade : l’entrée en semi-clandestinité, c’est-à-dire la mise en actes concrets de nos règles personnelles de comportement.

Pour tout vous dire, en ce qui me concerne, c’est déjà le cas depuis quelques temps. Mais la nouveauté, c’est le constat qu’il n’y a pas que les révoltés chroniques à se livrer à des actes séditieux. Les gens que je côtoie quotidiennement n’ont rien de militants chevronnés, mais adaptent désormais leurs vies à leur gré, transgressent les règles absurdes du confinement, ont fait fi des interdictions pendant les fêtes, s’organisent en marge de la vie économique habituelle quand celle-ci patine, font fi des couvre-feux pour se retrouver dans des bars clandestinement ouverts [photo]

La semi-clandestinité, étape intermédiaire avant la lutte clandestine totale pour la vie et la dignité

L’acte subversif de la semi-clandestinité se distingue de l’acte délictueux qui vise à satisfaire un appétit égoïste. Il n’a rien à voir non plus avec la posture assez ado et stérile de l’insoumission qui prône la désobéissance au chef, quand le véritable subversif se passe juste de l’autorité lorsque celle-ci a failli.

C’est la faillite de l’autorité et toutes les conséquences chaotiques qui en résultent – économiques, politiques, sociales, morales, intellectuelles – qui contraignent les citoyens adultes et responsables à choisir de vivre au quotidien en semi-clandestinité.

Mais les esprits restés saints et lucides savent aussi que le chaos va aller s’aggravant, que l’attitude des gouvernants va encore se tendre et poussera à des comportements bien plus radicaux : réaction de dignité, la semi-clandestinité n’est que l’étape intermédiaire avant la lutte clandestine totale visant à récupérer une liberté perdue.

A propos de Pierrick Tillet 3744 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.