Paniquées, les “élites” bien pensantes surpassent Trump en démence

Depuis la journée mémorable du 6 janvier 2021, les cas de pétages de plomb se multiplient au sein de la citadelle médiatique assiégée :

  • les représentants politiques des États-Unis d’Amérique appelant à lancer une procédure de destitution contre un président… qui ne sera de toute façon plus là d’ici moins de 20 jours :
  • des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google), supprimant à la hâte les comptes du trublion et déclenchant par là-même un effet Streisand assuré… sur leurs propres réseaux :
  • des correspondants de médias assimilant les partisans énervés de Trump… aux Gilets jaunes (pour conclure à la victoire finale de « la belle démocratie américaine » !) :
  • des chiens de garde du système se couvrant de ridicule en comparant Trump… à Mélenchon (quitte à charcuter grossièrement des vidéos) :
  • des éditos de médias annonçant sans rire une « victoire historique de la démocratie américaine » :

« L’envahissement du Capitole par les partisans radicaux du président sortant ne doit pas masquer la victoire historique des démocrates et de la démocratie américaine » (Lobs, 7 janvier 2021)

« L’un des aspects admirables de la démocratie américaine tient à sa culture de la transition pacifique, affirmée avec constance depuis 230 ans » (Le Figaro, 6 janvier 2021)

« La tentative d’insurrection dirigée depuis la Maison blanche est une leçon pour toutes les démocraties » (Le Monde, 8 janvier 2021)

Faut-il que la panique, l’effroi et l’hystérie règnent dans les rangs des puissants pour que la caste en soit arrivée à se comporter comme un troupeau de bêtes blessées prises dans les phares des chasseurs. L’effondrement d’un système se mesure aussi à la démence qui saisit ses ultimes représentants pressentant la chute.

A propos de Pierrick Tillet 3647 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.