La stimulante satisfaction d’être reconnu comme ennemi par ses ennemis

Qu’est-ce que j’apprends via la presse de propagande ? Le yetiblog est cité parmi les « mésinformateurs les plus influents » des réseaux sociaux par une obscure officine, NewsGuard.

C’est qui, ce “Gardien de l’info” ? Je vous le donne en mille : une start-up américaine fondée en 2018 qui compte parmi les membres de son Conseil consultatif des gens aussi éminents qu’un chargé de communication de la Maison Blanche sous l’administration Clinton, un ancien directeur de la CIA, de l’Agence de sécurité nationale (NSA) et du renseignement sous l’administration Bush, un ancien secrétaire général de l’OTAN… Autant dire des rats dont on préfère être l’ennemi plutôt que le serviteur zélé !

Une accusation laborieuse

Et quelles sont les fake news qui valent au yetiblog l’opprobre des cerbères de NewsGuard ? Un de mes billets a semble-t-il particulièrement retenu leur attention au point qu’ils l’ont entouré en rouge dans la fiche laborieuse qu’ils nous ont consacrée et que je vous invite à lire (si vous avez du temps à perdre).

Il m’est reproché d’avoir écrit dans ce billet daté de mars 2020 que l’hydroxychloroquine avait été classée comme vénéneuse en janvier 2020 par la ministre Buzyn « alors qu’il [le gouvernement français, ndlr] savait que le médicament pourrait potentiellement être utilisé dans le traitement du COVID-19″.

Copie d’un extrait de la fiche consacrée par NewsGuard au yetiblog (entouré par leurs soins)
Une incitation irrésistible à continuer de leur rentrer dans la gueule

S’ensuit un long pensum destiné à expliquer que le processus de cette interdiction datait d’avant l’arrivée du Covid en France. Il n’en demeure pas moins que le décret a bien été signé par la ministre Buzyn le 13 janvier 2020, c’est-à-dire deux jours après qu’elle ait été alertée des menaces d’épidémie sur la France, près de deux mois après l’apparition officielle du Covid en Chine (17 novembre 2019), pour des raisons fallacieuses (les risques cardiaques, mon cul !), et alors qu’on savait déjà que ce vieux médicament pouvait avoir des effets positifs contre les virus de type SRAS. On pourrait aussi épiloguer sur l’interdiction totale qui suivit concernant la prescription de ce médicament et sur la chasse aux sorcières outrancière dont fut victime son principal défenseur, le professeur émérite Didier Raoult.

NewsGuard dit aussi m’avoir adressé deux mails inquisiteurs auxquels il m’est reproché de n’avoir pas répondu. D’une part, je n’ai jamais reçu ces deux mails. D’autre part, je n’y aurais effectivement pas répondu parce que je ne réponds jamais aux cons. En vrai, je me fous de leurs accusations de merde comme de ma première chemise. Je trouve même une motivation supplémentaire à être désigné comme ennemi par mes ennemis, une incitation irrésistible à continuer de leur rentrer dans la gueule.

A propos de Pierrick Tillet 3739 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.