La vie d’abord : Clandestine 70, par Gaelle Kermen

Ce que j’ai pu entendre d’âneries sur la vie dans les années 70. Ce que j’ai pu entendre de bêtises proférées par des gens qui ne les avaient pas vécues (ou ratées). Autant dire que le journal de l’année 1970, Clandestine 70, écrit sur le vif dans tous les sens du terme par Gaelle Kermen, tombe à pic pour remettre du piquant dans la vérité.

Gaelle Kermen (Marie Hélène Le Doze dans une vie d’avant) fut aussi cette jeune fille que rien ne prédestinait à une carrière révolutionnaire, mais qui s’était retrouvée propulsée trésorière du Comité d’occupation de la Sorbonne en Mai 68. Aventure qu’elle raconta dans son livre Des pavés à la plage.

Mais pour Gaelle Kermen, le goût de la liberté et des sensations fortes ne s’arrêta pas à la fin de ce mois aussi historique que bref. Lisez Clandestine 70 et vous comprendrez. Ceux qui vécurent cette décennie de feu (j’en étais) se rappelleront la boulimie de vie qui nous agitait, avec cet appétit féroce pour les libertés, toutes les libertés, fût-ce au prix de quelques bleus à l’âme et de quelques erreurs de parcours vite corrigées.

Le journal trépidant d’une année exaltante… pour ranimer une étincelle de vie dans notre époque sinistrée

Clandestine 70, c’est un voyage live (vraiment live !) dans les universités foisonnantes d’alors (Vincennes), avec ses personnages inconnus ou connus (Michel Polac, Ménie Grégoire, le couturier Louis Féraud, …) se croisant à toute allure sans souci d’un quelconque ordre hiérarchique, ses échappées belles (un voyage en Italie, le festival de musique de l’île de Wight…)

Le journal de Gaelle Kermen est à la mesure de notre exaltation d’alors. Écrit dans un style littéraire très personnel avec des ponctuations remplacées par des retours à la ligne qui donnent un rythme punchy au récit, tout à fait en ligne avec l’intensité du parcours personnel qui y est décrit.

Ceux qui n’ont pas connu cette époque exaltante et qui aujourd’hui pataugent dans les jours gris d’un début de siècle triste et coincé à mourir se redonneront du coeur et du corps à l’âme, allumeront peut-être quelques idées folles de réveil, vitales par ces temps sinistres.

=> Clandestine 70 est disponible en version numérique téléchargeable sur le site Book2read (4,99 euros)


EDIT – Le site Book2Read n’est pas clair sur le sujet, mais on peut lire le livre de Gaelle Kermen sur n’importe quel ordi, tablette ou smartphone via des applis gratuites :

  • ReadEra (Android)
  • Calibre (Windows)
  • iBooks (installée par défaut sur tous les Mac, Ipad, Iphone)

Perso, j’ai lu Clandestine 70 sur mon smartphone via ReadEra. Super confort.

A propos de Pierrick Tillet 3648 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.