12 décembre : un pouvoir impuissant face à des manifestants déterminés

Rien n’a pu empêcher les manifestants de descendre à nouveau dans les rues le samedi 12 décembre. Ni les menaces du ministre de l’Intérieur, ni les interdictions du préfet Lallement, ni le secours sidérant d’ “opposants” couchés.

La nouvelle stratégie adoptée par les forces de l’ordre – foncer dans le tas de façon sporadique et matraquer à l’aveugle un maximum de gens – n’a non seulement pas réussi à dissuader les manifestants de continuer à occuper la rue, mais illustre au contraire toute l’impuissance des autorités à enrayer ces déferlements hebdomadaires de colère, dans la droite poursuite du travail de sape entamé il y a deux ans révolus par les Gilets jaunes.

Impuissance des tentatives de désinformation médiatique, minorant systématiquement le nombre des manifestants, mettant les violences et les déprédations en exergue les violences commises par de supposés “casseurs”, finissant de se ridiculiser dans des fake news grossières aussitôt démontées : après la scène du policier en feu de l’AFP, voici le manifestant maquillé de sang selon BFMTV.

Autant de preuves du désarroi et de la fébrilité de la caste recroquevillée, arcboutée sur ses dernières positions. Ne lui en déplaise, et malgré les obstacles dressés par le vieux monde, des démonstrations de forces ont eu lieu dans toutes les grandes villes de France qui peu à peu ébranle le bunker du pouvoir, de sa cour et de ses opposants de comédie.

Peu à peu, les lignes de front apparaissent clairement telles que nous les dessinions dans nos perspectives 2021 sur l’affrontement désormais inéluctable entre les forces morbides du passé et les forces citoyennes. Quant à l’indécision concernant le basculement de l’opinion publique vers un ou l’autre des deux camps en lice, elle pourrait bien être dissipée par la montée de l’exaspération face aux errements suicidaires du régime encore en place.

A propos de Pierrick Tillet 3883 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.