2021 : un affrontement à mort entre forces morbides et forces citoyennes

Si l’année 2020 fut incontestablement l’année de l’effondrement systémique de notre pays, 2021 s’annonce comme l’année de tous les périls avec un affrontement à mort entre les forces morbides du monde d’avant et les forces citoyennes qui préfigurent, espérons-le, le monde de demain. Tour d’horizon des camps en présence.

Les forces morbides du passé
  • Aux commandes du pays, une bande de malfrats sans foi ni loi, où le méchant le dispute à la bêtise, corrompue jusqu’à l’os, incapable de gérer les crises qui lui déboulent dessus, totalement dépassée par les vents mauvais qui déferlent.
  • Une caste et sa cour s’accrochant aux ores d’un passé révolu, dont la pauvre richesse se mesure en écritures futiles au bas de livres de comptes numériques, au nombre de résidences secondaires et de véhicules SUV possédées, qui n’est même plus propriétaire des outils de production du pays depuis longtemps délocalisées, qui ne survit que planquée derrière ses prêcheurs médiatiques, son rempart policier et sa justice servile.
  • D’illusoires forces d’opposition institutionnelles has-been, sans envergure, bien infoutues d’assurer la relève du pays au cas où un coup du sort improbable les amènerait au pouvoir en 2022, leur seule et unique pâlichonne perspective, elles qui sont passées à côté d’absolument tous les évènements ou soubresauts qui ont agité notre France ces derniers temps.
Les forces silencieuses prises en deux feux

Avant d’aborder l’examen des forces citoyennes positives de ce pays, évoquons le cas de deux forces silencieuses, plus observatrices qu’actrices pour le moment :

  • la majorité silencieuse, aujourd’hui prise au piège, qu’on voit déambuler derrière ses masques tristes, tétanisée, mais qui basculera l’échéance venue du côté des vents qu’elle sentira dominants ;
  • la “Grande muette”, cette armée française qu’on n’entend pas du tout pour l’instant et dont on ne peut prévoir vers quel camp elle penchera.
Les forces citoyennes positives de France

Les périodes de crise aiguë ont ceci de positives qu’elles permettent de révéler les forces saines, réellement citoyennes, seules à même d’empêcher notre France de s’enfoncer dans l’anéantissement, la honte et le déshonneur.

Ce sont ceux-là, citoyens et forces vives de la France, toutes classes sociales confondues, qui ont permis à notre pays d’échapper au naufrage total en 2020 : caissières de supermarché, personnel de voierie, petits commerçants et petits artisans assurant l’ordinaire, pompiers, enseignants parvenant dans des conditions déplorables à s’occuper des jeunes, médecins de base et professeurs de médecine luttant aux côtés de leurs patients contre les décisions sanitaires suicidaires des autorités, avocats assurant la défense des réprouvés du système…

Ce sont tous ceux-là qui ont revêtu à l’occasion un gilet jaune pour exprimer leur révolte et qui, loin d’être morts, continuent chaque weekend de manifester contre les lois iniques sorties par les malfrats et la caste aux abois.

Le salut du pays passe par la rupture totale entre les forces morbides et les forces citoyennes

C’est de ceux-là, et de ceux-là uniquement que peut venir la petite lumière de la renaissance en 2021. Mais il y a une condition : la rupture totale avec les forces morbides du passé. J’ai écrit dans un précédent billet que l’unique espoir de sortir le pays du chaos passerait désormais par un coup d’État. Précisons.

Il n’y a plus aucun espoir de conciliation, de compromis(sion) entre les forces négatives au pouvoir et les forces positives dans la rue. Le salut du pays passera inévitablement par la reddition totale des premiers, leur mise hors d’état de nuire définitive. En conséquence, par la victoire totale des seconds. Il serait illusoire de penser que cette transition se passera en douceur. 2021 va être l’année du chaos absolu ou du salut.

A propos de Pierrick Tillet 3813 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.