Cette insurrection qui échappe désormais totalement au régime

« Paris Plunges Into Chaos », « Frankreich: Erneut schwere Ausschreitungen » (“France : à nouveau de graves émeutes”)Les titres de la presse étrangère démentent singulièrement les tentatives des autorités et des médias mainstream français pour faire croire à des explosions de violences isolées commises par une poignée de casseurs (5000 à Paris selon le préfet Lallement… qui avait dépêché 6000 policiers pour les contenir !).

Deux ans après le soulèvement des Gilets jaunes, l’insurrection populaire, à peine mise en sommeil pendant l’épisode épidémique, s’est poursuivie avec une intensité redoublée le samedi 5 décembre à Paris, mais aussi à Grenoble, Marseille, Strasbourg, Toulouse

Les violences policières apparaissent bien plus désormais comme les exactions sporadiques de troupes vaincues en repli désordonné que comme l’effet d’un durcissement organisé par un pouvoir fort et sûr de son fait. Les appels à ouvrir le feu lancés par une association de policiers résonnent bien plus comme une ultime invective de condamnés que comme une menace de reprise en main.

Face à la débandade du pouvoir, les insurgés ont le destin du pays entre leurs mains

Les tentatives grotesques – et vite démontées – de manipulation des faits par la presse officielle, les glapissements des chroniqueurs de cour alarmés attestent de la panique et du désarroi régnant au sein du bunker assiégé. Toute l’impuissance d’un régime ayant définitivement perdu la maîtrise sur la situation insurrectionnelle du pays est résumée par l’omniprésence médiatique d’un président tentant de reconquérir l’opinion et ne réussissant qu’à s’y faire humilier.

Les quelques chroniqueurs des médias alternatifs qui s’inquiètent de la récupération des violences insurrectionnelles par le pouvoir pour retourner l’opinion ont tort. Malgré cette instrumentalisation de la violence depuis novembre 2018, le soutien populaire majoritaire aux Gilets jaunes ne s’est jamais démenti.

Et en période insurrectionnelle, ce n’est plus l’opinion publique des masses effrayées qui prévaut, mais la détermination des insurgés. Ceux-là ont désormais le destin du pays entre leurs mains.

A propos de Pierrick Tillet 3813 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.