Quand les losers cherchent à se rassurer : le mythe du “Great Reset”

Le “Great Reset” (en français, “grande réinitialisation”) voudrait nous faire croire à l’imminence d’une reprise en main de l’ordre mondial par l’élite dégénérée du vieux bloc occidental. Une simple analyse suffit à démonter ce conte à dormir debout.

Déjà, parler de “grande réinitialisation” d’un vieux système dominant ravagé de l’intérieur, dépassé par toutes les crises qui lui déboulent dessus, c’est admettre le mauvais état général de ce système et la nécessité de le régénérer. Un constat d’échec plus qu’une démonstration de puissance.

Ensuite, il suffit de constater les rapports de forces géopolitiques sur la planète [cf. les billets du Grand jeu relayés sur le yetiblog] pour comprendre que les maîtres du monde auto-proclamés – entendez, les États-uniens et leurs satellites européens, déjà sur le reculoir face aux puissances émergentes (Chine, Russie, Inde…) – vont avoir un sacré mal à intégrer ces derniers dans leur plan diabolique, et encore plus à les en exclure.

Derrière le mythe de “Great Reset”, un “Great Upset” autrement plus ravageur

Que les maîtres bousculés de l’empire occidental aient des rêves fous de résurrection peut se concevoir. Mais imaginer un “Great Reset” organisé par des tarés comme les Trump, Biden ou Macron, sous la houlette de momies exsangues comme les Soros, Attali ou Pinault, est juste grotesque.

Ce qui se cache en réalité derrière ce mythe de “Great Reset”, initié par les losers d’une civilisation en miette, est quelque chose de bien plus redoutable : un “Great Upset”, c’est-à-dire un “grand bouleversement” en train d’emporter maîtres et valetailles d’un temps révolu dans les fossés de l’Histoire.

De fait, le “Great Reset” est à la politique et à la géopolitique ce que les romans Harlequin sont à la littérature et à l’amour.

=> Photo : Klaus Schwab, théoricien du “Great Reset”, et auparavant initiateur, il y a quarante ans, du Forum économique mondial de Davos, le temple des “décideurs” d’un ordre économique occidental qui se croyait encore définitif.

A propos de Pierrick Tillet 3645 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.