Au dernier stade de l’effondrement, les torrents de boue vont déferler…

Au dernier stade de l’effondrement, les torrents de boue vont déferler…

Maintenant que le film HOLD-UP a fait son effet dévastateur dans les rangs de l’oligarchie en panique, il est temps d’apporter au film quelques nuances qui, loin de nous désolidariser avec son contenu, renforce notre soutien.

L’impuissance des “puissants »

Mes quelques nuances sur le film reposent sur la seconde partie, celle qui accrédite la thèse du complot. Certes, leurs propos rapportés dans le film en attestent, il y a bien VOLONTÉ de complot de ceux qui ont l’argent (Gates), de ceux qui croient tirer les ficelles (Attali), de ceux qui se raccrochent aux wagons des “puissants » (le Dr Thines). Il y a volonté de complot quand des labos comme Sanofi refusent de livrer un médicament à un hôpital, écrivent au ministre pour solliciter son soutien officiel dans leur décision illégale, et se répandent déjà sur les médias pour promouvoir un vaccin qu’ils n’ont même pas encore trouvé ou mis au point.

Mais le film accorde là, me semble-t-il, une importance bien trop grande à la puissance de ces “puissants ». Parlons plutôt de VÉLLÉITÉ de complot. Il suffit pour s’en convaincre de constater l’état de délabrement de l’empire sur lequel ces comploteurs pensent régner, avec leurs économies dévastées, leurs finances sous perfusion, leurs dirigeants cinglés (Trump, Biden, Macron…).

Leur argent ne leur sert à rien. Même pas à gagner ces guerres qu’ils entament aux quatre coins du monde et qu’ils perdent toutes (cf. l’armée US). En réalité, ces “riches » détraqués ne règnent plus que sur leurs peuples malades, ne tirent plus leur “puissance » que de notre crédulité, nos résignations de malades.

La tension va atteindre son comble

Le grand mérite de HOLD-UP aura été de dynamiter les derniers bastions de ces “puissants » défroqués, percer la muraille de leurs ultimes faux-semblants, de leurs sales petites manigances.

Plus révélatrice encore que ce que le film révèle, la réaction épidermique, hystérique du système soudain déstabilisé, menacé, glapissant sa haine comme une bête traquée, salissant les messagers quand il ne pouvait s’en prendre à leurs messages. J’invite chacun à découvrir les tombereaux d’immondices qu’ils ont déversés sur les intervenants du film. Depuis quand les convictions ou croyances personnelles – réelles ou supposées – des personnes suffisent-elles à discréditer tous leurs propos ? De Gaulle aussi était un catholique intégriste et il n’a pas dit, ni fait, que des conneries. Ces attaques malodorantes ne sont pas sans rappeler les pulsions d’auto-défense du vieil empire soviétique enfermant à tour de bras ses dissidents dans des asiles psychiatriques… avant que son dernier mur s’effondre.

Car nous en sommes là. Nous parvenons à l’ultime stade de l’effondrement. La tension va atteindre son comble. Tenir ! Certains autour de nous vont être happés par les torrents de boue qui vont continuer à déferler (à gauche, c’est déjà fait). Le plus dur, ça va être ça : voir nos amis sombrer. Seuls, les esprits solides vont surnager. Ils ne seront pas les plus nombreux.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.