Bordel généralisé : la “dictature” en marche tourne à la singerie

Bordel généralisé : la “dictature” en marche tourne à la singerie

La France aujourd’hui : un confinement qui ne confine plus, un gouvernement discrédité qui ne gouverne plus, un “président-dictateur” qui se ridiculise un peu plus à chaque apparition, des élus locaux qui se rebiffent contre les interdictions d’un obscur “Conseil de défense”, un couvre-feu j’y vais-j’y vais pas, le bordel généralisé dans les commerces, les supermarchés, les hôpitaux… Bref, la “dictature” en marche a de l’eau dans le gaz et tourne de plus en plus à la singerie.

Dehors, ne serait-ce la présence obsédante des masques, la foule vaque à ses occupations presque comme si de rien n’était. Les magasins ouverts ont leur affluence coutumière. Beaucoup de magasins fermés contournent leur interdiction de fermeture. Les cours de récré résonnent des cris des écoliers. Les embouteillages habituels sont au rendez-vous…

Ce confinement n’est qu’une vaste plaisanterie où le seul but n’est plus que d’échapper au flics et aux amendes. Tâche d’ailleurs pas trop difficile tant la maréchaussée brille par son manque de zèle. Les flics se contentent de quelques rondes erratiques, distribuent quelques amendes par ci par là pour faire genre et remplir leurs objectifs…

Les vrais résistants ne défilent pas entre Bastille et République, ils font sauter les trains de l’occupant

Les mesures répressives comme l’interdiction de les filmer quand ils s’énervent ? Je l’ai dit, les décisions autoritaristes sont le signe d’un pouvoir qui perd le contrôle. Elles sont vaines et n’empêcheront rien en réalité. Au contraire, elles ne peuvent que radicaliser la révolte.

Cette dernière loi imbécile va sans doute réduire un peu plus les manifs de protestation qui de toute manière ne servent à rien d’autres qu’à protester en donnant aux robocops l’occasion de se défouler. Les vrais résistants ne défilent pas entre Bastille et République pour protester contre l’occupant. Ils mènent des attaques clandestines contre ses forces vives, font sauter ses trains…

À moins que la bande de pignoufs actuels ne s’auto-détruise d’elle-même – ce qui est encore de l’ordre du possible vu l’épaisseur de leur connerie – vous allez voir que nous allons y venir. Le processus naturel de l’effondrement suit son cours. Tout va bien.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.