« Ne laissons pas notre sort entre les mains du destin » (Stevie Wonder)

« Ne laissons pas notre sort entre les mains du destin » (Stevie Wonder)

Ça ne pouvait pas mieux tomber ! Stevie Wonder (mon âge), vient de nous sortir par surprise un nouveau morceau d’anthologie dont il a le secret, et surtout en prise directe avec le merdier que nous traversons : Can’t Put It In The Hands of Fate (“nous ne pouvons pas laisser notre sort entre les mains du destin”).

Musicalement, c’est parfait. Mais les paroles valent aussi le détour :

Vous dites que vous êtes malades et fatigués de nous voir protester
Je dis : « Il est grand temps pour un changement »
Vous dites : « Soyez patients »
Je dis : « Non parce que nous ne pouvons pas laisser notre sort entre les mains du destin »

Vous dites: « Ces vies innocentes n’auraient pas dû être prises »
Je dis: « C’est pour eux que nous mettons un genou à terre »
Vous dites: « Est-ce la solution ? »
Je dis : « Premier amendement* tous les jours »
Parce que nous ne pouvons pas laisser notre sort entre les mains du destin

Vous dites que maintenant vous comprenez vraiment
Je dis : « Dites-moi donc à quel point »
Vous dites : « Je suis vraiment prêt »
Je dis : « Alors faites-le, et ne vous contentez pas de mettre notre sort entre les mains du destin »


* Le premier amendement de la Constitution des États-Unis d’Amérique interdit au Congrès US de limiter la liberté de religion et d’expression, la liberté de la presse ou le droit de « s’assembler pacifiquement ».

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.