Le Grand jeu : Miscellanées

Le Grand jeu : Miscellanées

L’échiquier du Grand jeu est en mouvement, brûlant ici, s’apaisant là, mais restant toujours turbulent…

Caucase

Dans le Caucase, Moscou a donc réuni autour d’une même table les ministres des Affaires étrangères arménien et azéri et, après un marathon de dix heures sous l’égide de Lavrov, un cessez-le-feu a été trouvé. Nos petits plumitifs, rejoints par des géopolitologues du dimanche type Pascal Boniface, glosaient la veille encore sur la perte d’influence de la Russie sur son étranger proche ; ils en sont une nouvelle fois pour leurs frais.

À l’inverse, et l’on voit que la guerre de l’information peut dire tout et son contraire du moment que Moscou est pris pour cible, d’autres voyaient sans rire la main du Kremlin derrière cette mini-guerre. Tout comme leurs compères, ces « spécialistes » sont aujourd’hui bien en peine d’expliquer pourquoi les Russes ont œuvré pour une cessation des hostilités.

Nous l’avons expliqué, ce conflit n’arrangeait en réalité pas du tout l’ours. Tout comme il n’arrangeait pas non plus les affaires de l’empire, au contraire de ce qui a été dit ici ou là. Notamment parce que les combats s’approchaient dangereusement des pipelines caspiens, dont le fameux BTC, bébé de Brzezinski visant à court-circuiter énergétiquement Moscou au tournant des années 2000. Bakou a d’ailleurs accusé les forces arméniennes d’avoir sciemment visé l’oléoduc, ce que celles-ci ont démenti.

La question que tout le monde se pose maintenant est : le cessez-le-feu tiendra-t-il ? C’est apparemment le cas pour l’instant malgré des regains de violence. La situation peut de toute façon très vite dégénérer à nouveau, d’autant que les gains turco-azéris sont minimes malgré la supériorité en armement.

En jaune, la ligne de contrôle ; en blanc, ce que Bakou prétend avoir conquis ; en vert, les gains vraisemblables. On le voit, il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard…

Dans l’affaire, le sultan a complètement été squizzé par les Russes. S’il espérait affirmer la position turque dans le règlement du conflit, c’est raté, en tout cas pour cette fois. Ajoutant du sel sur la plaie, le Kremlin a rendu compte de la teneur de l’accord à Téhéran mais pas à Ankara ! Si les hostilités reprennent, la main ottomane, vexée, pourrait ne pas être loin…

À noter d’ailleurs que Moscou semble multiplier les piques à l’égard de la Sublime porte, ce qui pourrait indiquer une friture grandissante sur la ligne. Aucune surprise pour votre serviteur qui, vous vous en souvenez sans doute, est revenu à plusieurs reprises sur l’inanité de la vente des S-400 à un pays qui restera toujours un adversaire stratégique de la Russie. Passons…

La dernière provocation en date de Vladimirovitch, donc, est l’invitation faite à l’Égypte de participer à des exercices navals conjoints en mer Noire avant la fin de l’année. Quand on sait que Le Caire et Ankara se détestent cordialement, on imagine aisément les grincements de dents sultanesques au passage des bateaux égyptiens dans le Bosphore.

Biélorussie

En Biélorussie, une nouvelle est passée inaperçue, pas ou peu rapportée par nos chers médias, beaucoup plus en verve quand il s’agissait de narrer la mascarade Navalny. Mais avant de la rapporter, un petit rappel est peut-être nécessaire :

Après avoir passé tout le mois de juillet à taper sur Moscou (mise à l’écart de Babariko, tour de magie des 33 “mercenaires” russes arrêtés), le grand benêt de Minsk a “gagné” ses élections avec un score soviétique. Personne ne peut évidemment y croire et la contestation a logiquement gagné les calmes rues biélorusses, avec son cortège de morts et de violence. Mais quelle contestation ?

En voulant donner des gages quelque peu infantiles de son indépendance vis-à-vis de l’ours, Loukachenko n’a-t-il pas affaibli l’opposition pro-russe au profit de l’opposition pro-occidentale ? Il est encore difficile de démêler l’écheveau tant les signaux sont contradictoires…

Après l’arrestation de Babariko, qui n’était certes pas le pion de Moscou mais travaillait tout de même pour Gazprom, Svetlana Tikhanovskaïa est devenue, à la tête d’un trio féminin inédit, la figure de proue de l’opposition. D’un côté, elle a préparé la présidentielle en organisant des concerts politiques gratuits avec de la musique russe et s’est alliée avec Veronika Tsepkalo, dont le mari, opposant à Loukachenko, s’est réfugié en Russie.

De l’autre, dame Svetlana, prof d’anglais de son état et femme de youtubeur (on connaît la propension des GAFAM à travailler main dans la main avec la CIA), est devenue l’égérie des médias occidentaux (voir par exemple cette tribune assez neuneu du Nouvel Oups) et s’est sauvée en Lituanie, fidèle soldat de l’OTAN.

De l’empire anglo-saxon ou de la mère Russie, vers qui son cœur, et celui de l’opposition, d’ailleurs relativement éclatée, penchera-t-il ?

Pour schématiser, deux oppositions, donc ; une plutôt pro-russe, une plutôt pro-occidentale. La première est à peu près passée sous silence dans la MSN qui n’a d’yeux (et de plume) que pour Tikhanovskaïa, bien anglophone et BHL-compatible comme il faut.

Or, Loukachenko a créé la surprise en allant à la rencontre d’opposants emprisonnés dans un centre de détention, dont l’ami Babaryko. Le Kremlin a-t-il forcé la main du moustachu pour replacer l’opposition qui lui convient au centre de la scène ? On ne serait pas surpris de l’apprendre…

Baltique

Dans la Baltique, le feuilleton Nord Stream II connaît évidemment son lot de rebondissements. Comment pourrait-il en être autrement ? Nos journalopes, décidément en forme ces derniers temps, se sont complu à rapporter, avec force insistance sur le mot « inflige » (amusant comme les mots en –ige ont le vent en poupe dans le bocal des salles de rédaction : infligefustige), rapporter, donc, l’amende de l’autorité de la concurrence polonaise à Gazprom. Sans expliquer bien sûr que cette décision n’ayant aucune base légale, on ne voit pas comment elle pourrait bien s’appliquer.

À l’inverse, ils ne s’étendent guère sur la décision de Berlin de ne pas sanctionner le gazoduc suite à la farce Navalny. Seul le Fig à Rot et son poisson d’Avril, Pierre de son prénom, le mentionne, la larme visiblement à l’œil. Prise entre une opinion publique très hostile à l’annulation du Nord Stream II et un suzerain US qui a noyauté son pays et exerce une pression continuelle, Frau Milka joue l’équilibriste, lançant l’idée de quelques sanctions anecdotiques pour ne surtout pas avoir à revenir sur le tube. Tragique destin des euronouilles, éternellement obligés de marcher sur le fil du rasoir…

À propos de Navalny

À propos de Navalny, l’ex-supremo de la CIA, John Brennan, a fait dans l’analogie musicale. Le fidèle lecteur connaît les antécédents du bonhomme :

À voir les réactions indignées et suffocantes de rage du système impérial US et de sa presstituée occidentale, le sommet Trump-Poutine semble avoir été une réussite. C’est en effet un véritable florilège de commentaires désabusés et de bouffées d’exaspération auquel nous assistons ; tout le Deep State y va de sa rancoeur…

John Brennan, l’ancien directeur de la CIA d’Obama et qui pourrait jouer le rôle d’une murène dans un film d’horreur, parle sans rire de « crime » et de « haute trahison ». Les barbouzes n’avaient pas tant de scrupules quand ils participaient au financement de la campagne de l’hilarante, une des bombes lancées par Vladimirovitch à Helsinki.

Apparemment sorti des grands fonds, le fretin a pondu un tweet dont on ne sait pas s’il faut rire ou pleurer (de rire bien sûr) :

« Imaginez la possibilité d’un monde fait de paix, de prospérité et de sécurité, si Joe Biden devenait président des Etats-Unis et Alexei Navalny président de la Russie. » Et de commencer à fredonner la chanson de John Lennon. Un grand moment d’émotion…

Si nous n’allons pas nous étendre sur les élections US, impossibles à prévoir étant données les circonstances chaotiques actuelles, mentionnons tout de même que l’un des seuls instituts de sondage ayant vu juste en 2016 prédit une nouvelle surprise dans un mois. À voir…

Bolivie

Plus bas sur le continent américain, une autre élection se profile, en Bolivie cette fois. Toutes les enquêtes donnent Luis Arce, héritier d’Evo, en tête mais son avantage n’est pas non plus décisif (33%-26% aux dernières nouvelles). Cela confirme ce que nous expliquons depuis longtemps :

Quel est l’état des forces en présence ? Il y a deux semaines, un sondage établissait la hiérarchie suivante :

    1. MAS : 32,6 %
    2. Carlos Mesa : 19,2 %
    3. Jeanine Áñez (présidente de facto) : 18,2 %
    4. Luis Fernando Camacho et Marco Antonio Pumari : 12,5 %
    5. Chi Hyung Chung évangéliste d’origine sud-coréenne) : 8,6 %

Le parti d’Evo Morales est donc largement en tête mais ne regroupe qu’un tiers de la population, ce qui semble confirmer notre analyse qui en a irrité certains à la fin de l’année dernière (…)

La scène politique bolivienne est extrêmement divisée. Si le MAS est en tête, il ne peut prétendre gouverner avec un tiers des votants. Quant à l’autre « camp », si tant est qu’il n’y en ait qu’un seul, il est éclaté et se crêpe régulièrement le chignon.

Cuba

Restons en Amérique latine et terminons sur Cuba qui pourrait devenir assez rapidement membre observateur de l’UEE, une première en dehors de l’Eurasie. Si, concrètement, ça ne devrait certes pas changer la face du monde, le geste est symboliquement intéressant au moment où la sphère euro-atlantique est plus divisée que jamais.

=> Source : Le Grand jeu

L'observateur des soubresauts géopolitiques mondiaux, au Moyen-Orient et ailleurs.