La vengeance du rat : Marseille outragée, Marseille brisée, Marseille martyrisée…

La vengeance du rat : Marseille outragée, Marseille brisée, Marseille martyrisée…

Ça vient de tomber. Et quand je dis tomber, c’est vraiment le gros des gros gadins. Paris vient de punir Marseille (et sans doute un peu Raoult sur les bords).

Ça pète ou ça crève !

Quand vous êtes parti pour un voyage en absurdie, vous êtes sûr que vous irez au bout de l’absurdie. Plus la peine de gémir, plus la peine de vous indigner, plus la peine de signer des pétitions à la mords-moi-le-noeud qui donnent bonne conscience mais n’aboutissent jamais à rien, plus la peine de hurler à l’injustice, à la dictature, à la folie furieuse, vous allez devoir prendre vos responsabilités… ou couler !

Finalement, la décision absurde prise par le rat Véran de bloquer Marseille a du bon : plus d’échappatoires, plus de faux fuyants, plus de circonvolutions oiseuses possibles, ça pète ou ça crève.

Marseille outragée, Marseille brisée, Marseille martyrisée… mais Marseille libérée ? On va enfin voir ce qu’ils ont dans les couilles sur la Canebière. (Imaginez la gueule des Parigots et du rat si Marseille gagne).

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.