Législatives partielles : l’effondrement de la démocratie représentative

Législatives partielles : l’effondrement de la démocratie représentative

L’effondrement systémique qui ravage notre pays frappe aussi de désuétude notre démocratie représentative politique à la sauce 5ème République. À preuve les cinq législatives partielles qui se sont tenues ce dimanche 20 septembre avec des taux d’abstention proprement sidérants :

Bien supérieurs à ce que sont les taux d’abstention habituels pour ce genre de scrutins partiels, ne pouvant non plus être attribués aux conséquences du Covid-19 – les risques sanitaires, complaisamment amplifiés par la propagande officielle, n’ont pas empêché le marché dominical de ma ville ou les terrasses de café d’être bourrés à craquer ce weekend – ces chiffres calamiteux marquent surtout la déroute de la représentation politique actuelle.

Naufrage pour le macronisme

À commencer par celle des candidats de la formation au pouvoir (notez bien que les chiffres indiqués ci-dessous pour les candidats LREM sont bien ceux par rapport au nombre de suffrages exprimés, et non par rapport au nombre d’électeurs inscrits pour lequel ils se situeraient entre 3 et moins de 1% !) :

Une représentation politique fossilisée

De là à ce que les autres formations politiques se réjouissent, c’est une autre paire de manches dans de telles conditions. La représentation politique à l’ancienne – qui s’active à préparer la présidentielle de 2022 dans le plus morne des ennuis  – n’attire plus qu’un dernier carré d’électeurs nostalgiques d’un vieux monde fossilisé. La droite surnage à peine dans un marigot où la gauche prend la tasse. La France insoumise est aux abonnés absents. Fermer le ban.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.