Toute l’information d’aujourd’hui passe par les réseaux sociaux (2/2)

Toute l’information d’aujourd’hui passe par les réseaux sociaux (2/2)

Beaucoup parmi mes proches se déclarent encore allergiques aux réseaux sociaux tel Facebook et Twitter. Or il n’y a pas désormais plus d’autres moyens de s’informer correctement que de passer par ces supports. C’est par les réseaux sociaux que se diffuse désormais l’information, toute l’information.

Les craintes exprimées par mes amis à l’égard des réseaux sociaux – le repaire de l’anonymat, des fake news, de Big Brother – ne sont pas injustifiées. Mais les défauts de ces réseaux sont considérablement exagérées par ceux-là mêmes qui se voient dépossédés de l’exclusivité des infos diffusées. Et surtout ces défauts ne sont pas plus dramatiques que dans la vraie vie.

Les réseaux sociaux sont les armes de la reprise en main de l’information par les citoyens eux-mêmes

  • L’anonymat : bien sûr qu’il sévit, mais sur les réseaux sociaux, comme dans la vraie vie, vous avez le loisir de choisir vos “amis” (Facebook), vos “abonnements” (Twitter). L’anonymat sur les réseaux est surtout le fait  des “trolls” importuns… que vous avez tout loisir de bloquer (croyez bien que je ne m’en prive pas !) ;
  • Les fake news, les rumeurs : bien sûr qu’elles sévissent, mais pas plus qu’au comptoir des bistrots… ou dans les médias mainstream ! Le propre des réseaux sociaux, c’est leur réactivité, leur interactivité. Aucune fake news, aucune fausse rumeur, aucune tentative de lanipulation n’y résiste plus de quelques heures sans y être abondamment dénoncée (les quelques fake news que j’y ai moi-même parfois relayées par inadvertance m’ont immédiatement valu d’être repris par mes amis ou abonnés).
  • Big Brother : pour l’instant, c’est plutôt Big Brother et les dominants qui sont victimes des réseaux sociaux, non  l’inverse ! C’est sur les réseaux que sont dénoncées la propagande des médias mainstream, les mensonges des dirigeants, les exactions policières…

Twitter et Facebook sont les armes de la reprise en main de l’information par les citoyens eux-mêmes. Le smartphone est un outil d’émancipation démocratique.

Comment bien s’informer sur le réseaux sociaux

Les réseaux sociaux permettent de s’informer et d’informer ses amis ou abonnés en partageant les infos reçues. Puisque ce billet s’adresse prioritairement aux derniers allergiques des réseaux, intéressons-nous seulement ici à la réception d’informations.

Sur ce point, Twitter me paraît infiniment plus efficace que Facebook (qui, lui, est à prilégier pour les échanges et les discussions). Pour une bonne information le choix des abonnements y est prépondérant.

Comme vous le constatez ci-dessus sur la capture d’écran de mon profil Twitter, le choix de mes abonnements (par lesquels je reçois les infos) est, volontairement, bien plus restreint que celui de mes abonnés (vers qui je diffuse mes propres infos). Peu de comptes anonymes parmi mes abonnements, ou alors pour des raisons valables (mon pseudonyme de yéti me servit pour ne pas interférer avec mes activités professionnelles du temps où je travaillais).

Constituer sa liste d’abonnement est progressif, mais assez simple à réaliser pour peu que l’on soit méthodique : abonnez-vous à un ou quelques comptes de confiance. Puis abonnez-vous à ceux  que relaient auprès de vous vos premiers nouveaux amis et dont les interventions vous paraissent dignes de confiance. C’est tout. Et si des trolls viennent vous polluer l’atmosphère, bloquez-les sans pitié, ils ne pourront plus accéder, ni intervenir sur votre fil Twitter.

Allez-y, lancez-vous, et à bientôt sur les (vrais) réseaux de l’information !

=> Lire aussi : Il n’y a plus aucune information sérieuse sur les “grands médias” (1/2) 

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.