Situation Covid-19 au 8 septembre : un rebond dérisoire mais facétieux

Situation Covid-19 au 8 septembre : un rebond dérisoire mais facétieux

À écouter les cornichons des sommets, l’épidémie de coronavirus est repartie comme en 40… pardon, mars 2020, avec hausse vertigineuse des hospitalisations, des réa, des morts…

Vérifions la situation au 8 septembre [tous les chiffres donnés ci-après sont ceux fournis quotidiennement par les services de santé français, ndlr] :

Cliquer sur l’image pour voir la source

Comparons maintenant cette situation avec les pics d’avril 2020 :

  • Hospitalisations : 4.942 contre 32.131 au 14/04
  • Réa : 568 contre 7.019 au 8/04
  • Nouveaux décès/jour (courbe ci dessous) : 21 (en moyenne sur 7 jours) contre 532 au 9/04
Cliquer sur l’image pour voir la source

Comparée à la montée de l’épidémie des mois de février à avril, l’évolution à la hausse des hospitalisations, des réa et des décès en ce mois de septembre est tout bonnement dérisoire. Aussi ridicule en tout cas que les cornichons qui cherchent attiser le virus de la peur.

Le virus s’en prend aussi aux cornichons !

Mais même devenu peu offensif, un virus sait encore se montrer facétieux en venant chatouiller quelques cucurbitacées du haut du bocal.  Ainsi le premier ministre Jean Castex placé à l’isolement ou la passionaria anti-Raoult – ou pro-Gilead, comme vous voulez – Karine Lacombe, testée positive (asymptomatique).

Évidemment, comme la plupart des détectés positifs du moment, ces deux personnalités ne présentent aucun signe clinique de la maladie. Mais vous pouvez parier qu’au premier symptôme, ceux-là se précipiteront en douce sur le protocole Raoult si décrié par eux. (Nous, c’est plutôt du remdesivir à forte dose qu’on leur aurait prescrit.)

Allez, retournons chez les gens sérieux (et sains d’esprit). Voici le dernier point du Pr Didier Raoult (9 septembre) :

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.