Didier Raoult : « On n’organise pas de lutte en ayant peur »

Didier Raoult : « On n’organise pas de lutte en ayant peur »

L’entretien de Didier Raoult sur CNews enregistré le 19 août. Extraits (NB : les citations sont retranscrites dans un souci de compréhension) :

Ce dont j’ai peur c’est de la peur.

Plus on s’affole, moins on soigne bien les gens. Ce qui s’est passé [pendant le pic épidémique, ndlr], c’est la désorganisation liée à la peur. On n’organise pas de lutte en ayant peur.

Se laver les mains est une bonne chose. C’est surtout par les mains que se transmettent les virus. C’est l’alcool à 70% qui tue les virus.

Le contrôle des comportements fait partie de l’organisation sociale aussi primitive qu’on la connaît. Les cinq ablutions de l’Islam sont une règle sanitaire. Ces règles sanitaires ont été intégrées dans un corpus religieux qui a aujourd’hui disparu. C’est désormais l’État qui s’en empare. C’est l’État qui fait le pape. Mais je redoute chez les hygiénistes ce goût du pouvoir. Ceux que je connais ont un fond dictatorial assez prononcé. C’est pas très joli.

Ceux qui ont été confinés ont été plus positifs que ceux qui ne l’étaient pas. Si on confine des gens qui sont infectés avec des gens qui ne sont pas infectés, à la fin plus d’un tiers de ces derniers sera infecté. L’histoire de la quarantaine, on sait depuis tout temps que ça ne marche pas.

Dans certaines zones , la bivalence privé/public a posé des problèmes, c’est-à-dire qu’on ne s’est pas servi du privé parce que c’est le public qui organisait tout. On n’a pas utilisé les réanimations privées quand les réanimations publiques étaient pleines. Ce pays a eu un problème d’organisation très sérieux et les endroits dans lequel ça a le moins bien marché sont les endroits où ça a été le moins bien organisé.

Ce n’est pas parce qu’on ne sait pas identifier une maladie qu’il faut la nier. Le scientisme a fini par nier tout ce qu’il ne comprenait pas. C’est un peu bête.

C’est mieux de faire des tests que de ne pas faire des tests. Mais quand les tests sur le sida sont sortis, 9 sur 10 des positifs étaient des faux positifs. Pour le Covid, on a 20% de faux positifs. On ne peut pas tester 65 millions de personnes par semaine. Il faut se calmer. Le Covid est une maladie virale comme les autres.

À propos de l’hydroxychloroquine, ce qui s’est passé avec les revues scientifiques comme le Lancet, c’est l’écroulement d’un monde. Le Doliprane tue cent fois plus que l’hydroxychloroquine.

Je veux pouvoir m’endormir le soir en me disant que j’ai fait ce que je pouvais.

L’entretien intégral (première heure de la vidéo) :

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.