Barba-rat Pompili et les néonicotinoïdes : toute honte bue

Barba-rat Pompili et les néonicotinoïdes : toute honte bue

Les néonicotinoïdes sont des insecticides si dangereux pour la faune et la flore qu’ils ont fini par être interdit en France à partir du 1er septembre 2018 via une loi votée le 8 août 2016.

« Les néonicotinoïdes sont extrêmement dangereux. Ils sont dangereux pour les abeilles. Mais bien au-delà des abeilles, ils sont dangereux pour notre santé, ils sont dangereux pour notre environnement, ils contaminent les cours d’eau, ils contaminent la flore, y compris la flore sauvage, ils restent dans les sols très longtemps. Donc on ne peut pas faire comme si aujourd’hui la question des néonicotinoïdes pouvait être réglée comme ça. Nous avons une responsabilité vis-à-vis de nos enfants. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. »

Celle qui prononçait ces mots à la tribune du Palais-Bourbon en 2016 s’appelle Barbara Pompili. Elle était alors secrétaire d’État chargée de la Biodiversité du gouvernement Valls. Auparavant, elle avait été députée sous l’étiquette de EELV/Les Verts, puis du Parti écologiste.

Les rats de la filière écologique

Barbara Pompili est aujourd’hui ministre de la Transition écologique du gouvernement Castex. Sa première décision aura été de ré-autoriser l’utilisation des néonicotinoïdes.

Décidément, il semble que la filière écologique sécrète un nombre assez considérable de rats. Après Jean-Vincent Placé, François de Rugy, Denis Baupin, Emmanuelle Cosse, sans oublier Daniel Cohn-Bendit , ni attendre Yannick Jadot, voici Barbara Pompili !

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.