Comment Macron a ruiné l’influence de l’empire occidental au Liban

Comment Macron a ruiné l’influence de l’empire occidental au Liban

En se précipitant comme un matamore à Beyrouth au lendemain de l’explosion du 4 août pour y faire la leçon aux dirigeants libanais, le président Macron – qui se garda bien de se rendre à Rouen après la catastrophe Lubrizol – a sans doute ruiné les efforts de l’Occident pour restaurer son influence au Liban. Par bêtise.

Laissons aux véritables spécialistes comme Pablo Escobar ou notre Grand jeu le soin de démêler l’écheveau des luttes d’influence géopolitiques qui se déroulent au pays du cèdre autour d’une tragédie dont on ne sait toujours pas vraiment si elle est d’origine accidentelle ou criminelle. De notre côté, nous nous bornerons à l’envisager sous l’angle de notre hexagone en morceaux.

L’effondrement des empires est souvent précipité par la dégénérescence de ses ultimes dirigeants. Et de ce côté-là, avec Macron, on est servi !  Un homme d’État sûr de son influence et qui veut vraiment renforcer son emprise sur un de ses congénères s’assure de le morigéner dans l’intimité d’un cabinet. Pas en public, ou alors c’est l’effet repoussoir assuré.

En étalant ainsi son arrogance en public au micro et sous l’oeil de toutes les caméras du monde entier, le « serviteur dévoué des Rothschild » (Pablo Escobar) cherchait autant à redorer son blason terni auprès de ses administrés français, qu’à tenter de se faire passer en leader du bloc occidental aux yeux de ses pairs impériaux.

Peine perdue, en allant jusqu’à humilier, toujours publiquement, l’infortuné président Aoun, Macron ajoutait la stupidité à l’arrogance.

Effet boomerang garanti… et récolté !

Macron enterrait définitivement son cas en se lançant, toute voix de crécelle déployée, dans une de ses invraisemblables diatribes suicidaires dont il a l’affligeant secret. Effet boomerang garanti !

Les propagandistes médiatiques français pouvaient toujours essayer d’enfouir les torrents d’imbécilités proférés par leur poulain hors contrôle – en faisant croire, tel BFMTV, à l’accueil triomphal du « sauveur » par le peuple libanais – le mal était fait et l’imbécile n’allait pas tarder à récolter le fruit de sa bêtise.

Le lendemain du passage de l’histrion de l’Élysée, la colère du peuple libanais éclatait, effaçant en un tournemain sentant la poudre tous les effets de pacotille diffusés par ce pitoyable représentant de commerce.

 

BEYROUTH combats . Fight..Le peuple tente de prendre le Parlement

Publiée par Leo Nicolian sur Dimanche 9 août 2020

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.