Effondrement : la situation critique de la société américaine US

Effondrement : la situation critique de la société américaine US

La société américaine n’en finit pas de se désintégrer sur tous les fronts : économique, social, racial. Et aucune solution politique ne viendra de la prochaine présidentielle.

Effondrement économique

À la fin du premier semestre 2020, la chute du PIB US se situait au niveau effarant de -33,9% par rapport à l’an passé sur une base annualisée. Un carnage économique jamais vu au pays de l’Oncle Sam.

Comme dans tous les pays dévastés du bloc occidental, les médias mainstream claironnent que l’heure de la reprise post-confinement interviendra au troisième trimestre.

Effondrement social

Mais alors comment expliquer que la semaine dernière, dans un T3 déjà bien entamé, 1,434 millions d’Américains ont déposé de nouvelles demandes de prestations de chômage, nombre en hausse par rapport à la semaine précédente ?

Comment expliquer qu’aujourd’hui, après 19 semaines de hausse ininterrompue du chômage, il y ait au total 54 millions de travailleurs ayant déposé des demandes de prestations de chômage… alors qu’en février 2020, quand culminait l’emploi US, il y avait seulement 152 millions d’Américains qui étaient enregistrés comme ayant un emploi ?

Soit un rapport d’ 1/3 des travailleurs US passés à la trappe du chômage en 6 mois ! Et sans le moindre signe du redressement promis.

Selon une étude de l’agence Bloomberg, 30 millions de citoyens américains affirmaient n’avoir plus les moyens d’acheter de la nourriture au 21 juillet.

« We’re screwed ! » (nous sommes foutus) se sont exclamés des locataires, mais aussi des propriétaires de logements immobiliers, les premiers parce qu’ils n’ont plus les moyens de payer leurs loyers et qu’ils craignent d’être virés, les seconds parce qu’ils ne touchent plus les loyers. Lors de la première semaine de juillet, 33% des locataires – un tiers, soit 12 millions de locataires ! – ont été incapables de régler intégralement ce qu’ils devaient. Et dans des villes comme New York ou Houston, 20% ne savent pas comment ils vont payer leur prochaine échéance.

Multiplication des troubles civils

L’effondrement économique et social de la société US s’accompagne d’une multiplication de graves troubles civils qui ne risquent pas d’arranger la situation.

  • Black August : après l’assassinat de Georges Floyd par des policiers US le 25 mai 2020 à Minneapolis, Minnesota, les émeutes n’ont cessé de monter en puissance pour culminer à Portland malgré (ou à cause de) l’intervention des agents fédéraux. Les activistes du mouvement Black Live Matters viennent d’ores et déjà de déclarer le mois d’août comme un mois noir (Black August).

  • Les contrecoups meurtriers du Covid-19 : l’épidémie de Covid-19 ne cesse de faire sentir ses contrecoups parmi les populations fragilisées ; dernière exemple en date, des émeutes très graves ont éclaté samedi soir dans une prison d’État de Ware, Géorgie ; motifs invoqués par les détenus pour justifier leur insurrection qui a vu deux gardiens poignardés : l’insécurité liée à l’épidémie.

Un effondrement également politique

Le soulèvement de la prison de Ware est loin d’être un cas isolé. Quoi que diffusent les médias de propagande qui tentent de faire stupidement accroire au concept imbécile d’« émeutes pacifiques » (Peacefull Riots), les exemples d’incivisme agressif se multiplient dans le pays. Ainsi le récent incendie d’un palais de Justice et l’agression de plusieurs policiers dans leur commissariat en Californie.

Quelle porte de sortie pour les autorités américaines face à cette désintégration de leur société ? Vous pouvez parier que la solution ne viendra certainement pas de la prochaine présidentielle US du 3 novembre qui va opposer un fou furieux (Trump) à un Démocrate cacochyme (Biden). L’effondrement des États-Unis d’Amérique est aussi politique.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.