Le Grand jeu : lecture d’été et faits d’hiver

Le Grand jeu : lecture d’été et faits d’hiver

Un fort aimable compte-rendu du livre de votre serviteur par la respectée revue Conflits est l’occasion de vous encourager, chers amis, à faire passer le mot autour de vous. Les vacances d’été sont généralement un temps privilégié de lecture et de réflexion ; en cette exaltante ère de changements tectoniques, c’est même plus nécessaire que jamais afin de savoir ce qui nous attend demain.

Monde post-Covid, élections cruciales aux États-Unis, bouleversements au Moyen-Orient, affrontement américano-chinois exacerbé, grandes manœuvres pétrolières, Union européenne en perdition, course à l’armement… l’année 2020 restera assurément dans les annales et beaucoup n’auront sans doute pas la chance de comprendre ce qui se passe vraiment. Je ne m’avance pas beaucoup en affirmant que ce sera leur rendre un grand service que de leur conseiller (ou offrir) Le Grand jeu [Christian Greiling, éditions Heliopoles, ndlr] .

Trois nouvelles glaciales pour le système impérial

Après cet amical conseil de lecture estivale, penchons-nous rapidement aujourd’hui sur quelques nouvelles glaciales pour le système impérial.

Hiver transatlantique

Décidément, pour faire suite à notre dernier billet, le Nord Stream II continue de semer la discorde. C’est au tour du puissant Bundesverband der Deutschen Industrie (BDI), principale organisation de l’industrie allemande regroupant plus de 100 000 entreprises, de se lâcher en imprécations contre les sanctions américaines.

Le BDI, qui ne dit habituellement pas un mot plus haut que l’autre, est cette fois très remonté, qualifiant les menaces US de « contraires au droit international » et de « sérieuse tension pour les relations transatlantiques ». Un officiel du gouvernement allemand en rajoute une couche sur ces « États-Unis [qui] utilisent les sanctions sans vergogne », affirmant que les relations entre l’Europe et l’Amérique « ont touché le fond ». Diantre.

Pour l’instant, le Donald cristallise un peu facilement toutes les rancœurs européennes. Rappelons cependant que les Démocrates, pourtant bien plus amènes envers leurs vassaux qui le leur rendent bien, sont tout aussi fanatiquement “streamophobes”. Une victoire en novembre de Biden et sa poursuite, dans ce dossier, de la politique de Trump marqueraient une rupture colossale dans le lien transatlantique…

Congélation schisteuse

Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule, rien ne s’arrange pour l’or noir américain. Halliburton, connue pour avoir fait quelques profits après l’invasion de l’Irak par Bush & Co, veut se détacher progressivement du schiste, qui n’a de toute façon jamais été rentable et qui est maintenant considéré comme une cause perdue.

Endetté jusqu’au cou, le secteur voit se multiplier les faillites, la production n’en finit pas de chuter et l’activité s’effondre :

Le fiasco du schiste : l’activité redescend au niveau des débuts de l’exploitation.
Hibernation du pétrodollar ?

On sait que la possible yuanisation du Seoud, c’est-à-dire la vente de l’or noir moyen-oriental en yuans chinois et non plus en dollars, est dans les tuyaux depuis quelques années. Le jour où Riyad et ses petite sœurs pétromonarchiques franchiront le Rubicon et saperont le pétrodollar, l’empire vacillera. On sait également que cette décision se révélera fort dangereuse pour le royaume wahhabite et ses voisins, tonton Sam ne pouvant accepter de voir disparaître l’un des piliers de sa puissance.

Or, une nouvelle très intéressante nous est parvenue. Les principaux géants chinois de l’or noir sont en discussion pour mettre sur pied un cartel afin de peser de tout leur poids sur le marché pétrolier. Cette centrale d’achat sera un véritable mastodonte, important 5 millions de barils par jour et constituant tout simplement le plus gros acheteur de la planète.

Pression sur les prix et sur les livraisons bien sûr, rien que de très logique et qui n’entre pas dans notre champ d’analyse géopolitique. Mais peut-être aussi, et c’est là que les choses deviennent sérieuses, sur la monnaie de transaction, c’est-à-dire le remplacement du dollar par le yuan. Certains salivent déjà devant ce tremblement de terre. Wait and see…

=> Source : Le Grand jeu

L'observateur des soubresauts géopolitiques mondiaux, au Moyen-Orient et ailleurs.