France : un effondrement économique vertigineux sur fond de psychose collective

France : un effondrement économique vertigineux sur fond de psychose collective

Tandis que la psychose sur un éventuel (mais encore inexistant) rebond du Covid-19 déchire le pays, la France est entrée dans l’oeil du cyclone d’un effondrement économique vertigineux.

Selon l’Insee, la récession devrait avoisiner les -20% au second trimestre 2020, après une baisse de -5,3% au trimestre précédent. Pour tabler sur une prévision déjà record de -11% sur l’ensemble de l’année (contre -8% il y a encore quelques semaines), l’Insee parie sur une croissance de +10% au second semestre par rapport au même semestre de 2019.

C’est non seulement totalement insensé, mais aussi très mal parti ! La reprise post-confinement est aussi ramollo que le rebond du coronavirus. Un exemple : en pleine période estivale, donc touristique, 42% des hôtels parisiens sont toujours fermés et le taux d’occupation des autres a baissé de 60% par rapport à juillet 2019.

Le secteur touristique est loin d’être isolé en son infortune. Après avoir plongé de -72 % en mars, -88 % en avril, -50 % en mai, le secteur automobile n’a enregistré qu’une hausse faiblarde de 1,2% des immatriculations de voitures neuves en juin par rapport au même mois de 2019. Autant dire que l’effet de rattrapage espéré est nul… mais que l’effet sur le taux de chômage du pays va être, lui, retentissant.

Accrochez-vous aux branches parce que ça va secouer !

Évidemment, ce n’est pas la psychose collective délirante qui sévit autour d’un rebond fantasmé du coronavirus qui risque d’arranger les choses ! Pas plus d’ailleurs que l’accord bidon de relance européenne annoncé triomphalement par les 27 pays membres la nuit dernière. Comme d’habitude un accord en trompe l’oeil qui ne trompe guère grand monde par ses compromissions et ses reculades. En tout cas, pas l’économiste Jacques Sapir :

Il va bien falloir que nous autres citoyens, nous fassions une raison. L’effondrement économique que nous anticipions depuis la précédente alerte de 2008, est en train d’atteindre son point culminant. Il frappe non seulement la France, mais aussi l’ensemble des pays du bloc occidental. L’ère de la société de consommation intensive qui caractérisait jusqu’alors le capitalisme est terminée, achevée par une épidémie sanitaire vacharde (mais pas que).

Il va falloir nous faire raison, travailler à la construction d’une nouvelle machine, nous rebâtir des habitudes de vie, ou sombrer. Pendant l’effondrement, pas grand-chose d’autre à faire que de nous accrocher aux branches et tenter de nous réorganiser. N’avons-nous pas commencé à nous y employer tout au long de cet interminable épisode de confinement ?

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.