Lettre ouverte et revendications aux leaders de l’UE et du monde global

Lettre ouverte et revendications aux leaders de l’UE et du monde global

D’ordinaire le yetiblog ne publie pas de lettre ouverte adressée à des dirigeants dont il est assuré qu’ils n’en ont rien à faire. Mais celle-ci a le mérite de prendre date avant cataclysme :

« Même un enfant peut voir que la crise climatique et écologique ne peut pas être résolue dans le système actuel. »


Vous devez cesser de prétendre que nous pouvons résoudre la crise climatique et écologique sans la traiter comme une crise

Voici les revendications de cette lettre ouverte :

Ce sont quelques premières étapes, essentielles pour éviter une catastrophe climatique et écologique.

  • À rendre effectif immédiatement, arrêtez tous les investissements dans l’exploration et l’extraction de combustibles fossiles, mettez immédiatement fin à toutes les subventions aux combustibles fossiles et désinvestissez immédiatement et complètement des combustibles fossiles.
  • Les États membres de l’UE doivent plaider pour faire de l’écocide un crime international devant la Cour pénale internationale.
  • Inclure les émissions totales dans tous les chiffres et objectifs, y compris l’indice de consommation, l’aviation internationale et le transport maritime.
  • À partir d’aujourd’hui – établissez des budgets carbone annuels et contraignants sur la base des meilleures données scientifiques disponibles actuellement et du budget du GIEC, ce qui nous donne 66% de chances de limiter l’augmentation de la température mondiale à moins de 1,5 ° C. Ils doivent inclure l’aspect global de l’équité, des points de basculement et des boucles de rétroaction et ne devraient pas dépendre d’hypothèses de futures technologies d’émissions négatives possibles.
  • Sauvegarder et protéger la démocratie.
  • Concevoir des politiques climatiques qui protègent les travailleurs et les plus vulnérables et réduisent toutes les formes d’inégalités : économiques, raciales et de genre.
  • Traitez l’urgence climatique et écologique comme une urgence.

Nous comprenons et savons très bien que le monde est compliqué et que ce que nous demandons n’est peut-être pas facile. Les changements nécessaires pour sauvegarder l’humanité peuvent sembler très irréalistes. Mais il est beaucoup plus irréaliste de croire que notre société serait capable de survivre au réchauffement climatique vers quel nous nous dirigeons, ainsi qu’aux autres conséquences écologiques désastreuses du statu quo actuel.

Au cours des derniers mois, le monde a vu avec horreur comment la pandémie de COVID-19 a frappé des personnes partout dans le monde. Au cours de cette tragédie, nous voyons combien – pas tous – de dirigeants et de personnes du monde entier se sont mobilisés et ont agi pour le plus grand bien de la société.

Il est maintenant plus clair que jamais que la crise climatique n’a jamais été traitée comme telle par les politiciens, les médias, les entreprises ou la finance. Plus nous continuons à prétendre que nous sommes sur la bonne voie pour réduire les émissions et que les actions nécessaires pour éviter une catastrophe climatique sont prévues dans le système actuel – ou au prétexte que nous pouvons résoudre une crise sans la traiter comme telle – et plus c’est un temps précieux que nous perdrons.

Il y a une autre chose qui est devenue plus claire que jamais : la justice climatique et environnementale ne peut pas être obtenue tant que nous continuons à ignorer et à détourner le regard des injustices et de l’oppression sociales et raciales qui ont jeté les bases de notre monde moderne. La lutte pour la justice et l’équité est universelle. Qu’il s’agisse de la lutte pour la justice sociale, raciale, climatique ou environnementale, l’égalité des sexes, la démocratie, les droits des LGBTQ, des peuples autochtones et des animaux, la liberté d’expression et d’information, la lutte pour une vie équilibrée, le bien-être et un système préservant nos fonctions vitales. Si nous n’avons pas l’égalité, nous n’avons rien. Nous n’avons pas à choisir et à nous diviser sur la crise ou le problème auquel nous devons accorder la priorité, car tout est interconnecté.

Lorsque vous avez signé l’accord de Paris, les pays de l’UE se sont engagés à montrer la voie. L’UE a la possibilité économique et politique de le faire, c’est donc notre responsabilité morale. Et maintenant, vous devez réellement tenir vos promesses.

Promettre des émissions nettes nulles d’ici 2050 pour l’UE – ainsi que pour d’autres parties du monde financièrement fortunées – équivaut à une reddition. Cet objectif est basé sur un budget carbone qui ne donne que 50% de chances de limiter le réchauffement global en dessous de 1,5°C. Il ne s’agit que d’un pari statistique qui n’inclut même pas certains des facteurs clés, tels que l’aspect mondial de l’équité, la plupart des points de basculement et des boucles de rétroaction, ainsi que le réchauffement supplémentaire déjà intégré, caché par la pollution atmosphérique toxique. Donc, en réalité, c’est beaucoup moins que 50% de chances.

Et des objectifs d’émission éloignés ne signifieront rien si nous continuons simplement à ignorer le budget carbone – qui s’applique pour aujourd’hui, pas pour un avenir lointain.

Parler d’un programme d’investissement “Génération future EU” tout en continuant à ignorer la crise climatique et les perspectives scientifiques dans leur totalité est une trahison pour toutes les “générations futures”. La science ne nous dit pas exactement quoi faire. Mais elle nous fournit des informations à étudier et à évaluer. C’est à nous de relier les points. Eh bien, nous avons fait notre devoir et nous n’accepterons pas votre pari absolument irresponsable. Prévoir un budget insuffisant de 50% signifie abandonner. Et ce n’est tout simplement pas une option acceptable pour nous.

Bien sûr, nous nous félicitons des investissements et des politiques durables, mais vous ne devez pas croire une seconde que ce dont vous avez discuté jusqu’à présent sera suffisant à terme. Nous devons faire face à l’image complète. Nous sommes confrontés à une crise existentielle, et c’est une crise dont nous ne pouvons pas acheter, construire ou sortir. Viser à “récupérer” un système économique qui alimente intrinsèquement la crise climatique afin de financer l’action climatique est tout aussi absurde que cela puisse paraître. Notre système actuel n’est pas “cassé” – le système fait exactement ce qu’il est supposé faire. Il ne peut plus être “corrigé”. Nous avons besoin d’un nouveau système.

La course au sauvetage des conditions de vie futures pour la vie sur Terre telle que nous la connaissons doit commencer aujourd’hui. Pas dans quelques années, mais maintenant. Et cela doit inclure une voie basée sur la science qui nous donne les meilleures chances possibles pour limiter l’augmentation de la température moyenne mondiale en dessous de 1,5°C. Nous devons mettre fin à la destruction en cours, à l’exploitation et à la destruction de nos systèmes de vie et nous diriger vers une économie pleinement décarbonée, centrée autour du bien-être de tous les peuples, ainsi que celui du monde naturel.

Si tous les pays devaient concrétiser les réductions d’émissions qu’ils se sont fixé comme objectifs, nous nous dirigerions toujours vers une augmentation catastrophique de la température mondiale d’au moins 3-4°C. Jusqu’à présent, les personnes au pouvoir ont pratiquement déjà abandonné la possibilité de léguer un avenir décent aux générations futures. Ils ont abandonné sans même essayer.

La production mondiale de combustibles fossiles prévue d’ici 2030 représente 120% de plus que ce qui serait conforme à l’objectif de 1,5 °. Le compte n’y est pas. Lorsque vous lisez le rapport du GIEC SR1.5 et le rapport de l’UNEP [Programme des Nations-Unies pour l’environnement, ndlr] sur les écarts de production, ainsi que ce que vous avez réellement signé dans l’Accord de Paris, même un enfant peut voir que la crise climatique et écologique ne peut pas être résolue dans le système actuel. Ce n’est plus une opinion, c’est un fait basé sur les meilleures connaissances scientifiques actuelles.

Parce que si nous voulons éviter une catastrophe climatique, nous devons déchirer les contrats et  abandonner les négociations et accords existants, à une échelle que nous ne pouvons même pas commencer à imaginer aujourd’hui. Et ces types d’actions ne sont pas politiquement, économiquement ou juridiquement possibles dans le système actuel.

Afin de limiter le chauffage global à 1,5 degrés, les mois et années à venir sont cruciaux. L’horloge tourne. Faire de son mieux ne suffit plus. Vous devez maintenant faire l’impossible.

Et même si vous avez la possibilité d’ignorer la crise climatique, ce n’est pas une option pour nous – pour vos enfants. À l’heure actuelle, il n’y a aucun endroit sur terre où les enfants sont confrontés à un avenir dans un environnement sûr. C’est et cela restera une réalité pour le reste de nos vies. Nous vous demandons de faire face à l’urgence climatique.

par :
Luisa Neubauer
Greta Thunberg
Anuna de Wever van der Heyden
Adélaïde Charlier

Cette lettre a été signée par des milliers de militants et de citoyens, par des centaines de scientifiques.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.