Le navet désopilant de l’été : les Tontons flingués de LVMH face à Ruffin

Le navet désopilant de l’été : les Tontons flingués de LVMH face à Ruffin

Comme feuilleton décrispant post-Covid de cette période estivale, rien ne vaut cette histoire tordante des barbouzes du groupe LVMH pris la main dans le sac (par Mediapart) après leurs tentatives d’infiltrations grandguignolesques du journal de François Ruffin, Fakir.

Plus ridicule, plus grotesque tu meurs ! Et c’est la deuxième fois que le sieur Squarcini – une sorte de Bernard Blier façon Tontons flingueurs, mais sans le talent et encore moins l’humour – se fait rouler dans la farine : il avait déjà joué le rôle du couillon de service dans Merci patron ! du même Ruffin.

Avouons une certaine jouissance à voir ces pseudo gros bonnets se vautrer dans une telle pantalonnade. Toute l’impuissance et la panique de ceux qui croyaient diriger la France est exposée à la rigolade générale. François Ruffin a tort de s’inquiéter de la compromission de l’État avec le groupe LVMH. En réalité ce sont les groupes comme LVMH qui ont mis leurs pions Macron and co aux manettes de l’État.  Comment voulez-vous que les comparses de tels crétins ne soient pas encore plus cons que leurs commanditaires ?

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.