La nef des fous : quand il n’y a plus de mots…

La nef des fous : quand il n’y a plus de mots…

Quand il n’y a plus de mots pour décrire un nouvel équipage où l’obscénité de certaines nominations le dispute à l’incurie des nominés.

Quand vous savez que cet équipage sera infoutu de sauver le navire en perdition et qu’il va même en précipiter le naufrage politique, économique, social et moral.

Quand vous constatez que ce carré de vauriens, de malfaisants et de débiles profonds n’est même plus en mesure de sauver un minimum d’apparences.

Quand vous découvrez que bien des mutins  autoproclamés sont surtout révoltés de la gueule.

Quand vous voyez les passagers de cette nef des fous continuer à errer masqués dans les coursives, évitant de croiser de trop près leurs compagnons de voyage, fermés à toutes effusions par crainte d’un virus devenu fantomatique.

Alors, il ne vous reste plus qu’à sauter dans une chaloupe pour vous tenir à distance des remous qui ne vont pas tarder à déferler. Il ne vous reste plus qu’à partir au plus vite en quête d’une île accueillante pour y attendre l’heure de votre retour.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.