Mesures Convention Climat : Macron refait le coup du Grand débat !

Mesures Convention Climat : Macron refait le coup du Grand débat !

Toujours la même stratégie : Macron temporise en organisant un nouveau “Grand débat” dont il n’a aucunement l’intention de tenir compte. C’est ce qu’il vient de faire avec les mesures de la Convention citoyenne sur le Climat (CCC), en en retirant d’autorité déjà trois, et avec promesse d’un référendum en 2021 dont vous pouvez parier qu’il n’aura jamais lieu.

Déjà, pourquoi cette exclusion de trois mesures par le fait du prince ?

  • abandon de la proposition de taxe de 4% sur les dividendes au prétexte que cela découragerait l’investissement : notez que les dividendes augmentent de façon exponentielle depuis des années sans que cela ait eu le moindre effet sur l’investissement ;
  • abandon de la mesure la vitesse sur autoroute à 110 km/h parce que cela se ferait « au détriment des communes et des régions les plus enclavées » : combien de chauffards lancés à toute allure sur les autoroutes arrêtent leurs bolides dans les « communes les plus enclavées » ?
  • refus de modifier le préambule de la Constitution au prétexte « de ne pas mettre le droit de la nature au-dessus du droit humain » !!!

En refusant d’obliger les riches, les citoyens-conducteurs et l’État – c’est-à-dire en gros tout le monde ! – à lutter pour le climat, Macron enterre d’avance les propositions de la CCC.

Sous-entendez : « Il ne faut pas mettre le droit de la nature au-dessus du droit capitaliste »

Toujours le même scénario : un président qui temporise par des effets d’annonce pendant que son Premier ministre enterre en coulisse :

« Ceux qui demandent que l’on soumette directement au référendum les propositions de la Convention ignorent qu’il y a quand même un Parlement, dans une démocratie » (Édouard Philippe cité par le Canard enchaîné).

La proposition d’inscrire le crime d’écocide dans la Constitution ?

« Ce serait la meilleure façon pour que n’importe quelle association, lobby ou citoyen ait la possibilité de saisir le juge pour faire arrêter une activité humaine, une entreprise, une association et même son voisin » (Édouard Philippe, ibid).

Sous-entendez, « il ne faut pas mettre le droit de la nature au-dessus du droit capitaliste ». Allez circulez, y a rien à voir, sauf pour les neuneus… et les maires fraîchement élus qui accepteront de participer à nouveau au spectacle présidentiel.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.