Le Grand jeu : Sibérie, force 3

Le Grand jeu : Sibérie, force 3

Le titanesque Sila Sibirii est une vieille connaissance de nos lecteurs. Si sa traduction en français – Force de Sibérie – est un peu cruche, ce pipeline ne manque pas de panache. Fruit du “contrat du siècle” entre Moscou et Pékin, il est entré en service en décembre 2019 après des travaux pharaoniques.

Le mois dernier, nous rapportions une nouvelle très importante :

Le monde de l’énergie commence à s’agiter alors que le nouveau gazoduc sibérien, Sila Sibirii II pour les intimes, se précise. Les articles se multiplient dans les revues spécialisées (ici, ici ou ici) car Gazprom vient de passer la vitesse supérieure en engageant les études de conception et de prospection. Le fidèle lecteur de nos Chroniques avait eu l’info en avant-première il y a presque deux mois :

Le patron de Gazprom a rencontré Poutine et annoncé qu’une première étude de faisabilité avait été menée et s’était révélée concluante. La compagnie va maintenant engager des analyses plus poussées et le tube semble dans les tuyaux, même s’il faudra évidemment attendre la signature d’un contrat avec Pékin. D’une capacité finale de 50 Mds de m3 annuels, il devrait vraisemblablement passer par la Mongolie. et non la chaîne montagneuse de l’Altaï, ce qui lui fera perdre son joli nom pour celui, plus classique, de Sila Sibirii II.

La visite de Poutine, que nous avions évoquée en septembre dernier, n’est peut-être pas étrangère à l’inclusion de la Mongolie dans le projet :

Sur le chemin [de Vladivostok], Vladimirovitch s’est arrêté à Oulan Bator et en a profité pour renvoyer les petits génies de Washington à leurs chères études. En réponse aux hypothétiques et quelque peu irréelles tentatives américaines de gagner les faveurs de la Mongolie afin d’enfoncer un coin entre la Russie et la Chine, un traité d’amitié perpétuel a été signé entre l’ours et le pays de Gengis Khan. Pompeo et Bolton peuvent ranger leurs affaires…

Un think tank énergétique britannique a longuement analysé la nouvelle route et en conclut que le projet fait encore plus sens. Au lieu d’entrer à l’extrême-Ouest de la Chine, à 3 200 km de Pékin, le nouveau tracé ferait arriver le tube à 560 km, tout près de son foyer de consommation potentiel. De quoi convaincre plus facilement le rusé dragon qui, s’il est proche allié de Moscou, n’en demeure pas moins un rude négociateur.

En passant, la Mongolie, dont la capitale est asphyxiée par les mines de charbon, pourra être approvisionnée en or bleu bien moins polluant et redonner ainsi un peu d’air à ses belles steppes.

Mais surtout, joyaux stratégique, ce deuxième pipeline est de la plus haute importance. Il est le chaînon manquant connectant enfin les deux pôles énergétiques du Heartland russe, la Sibérie occidentale qui écoule ses richesses vers l’Europe et la Sibérie orientale tournée vers l’Extrême-Orient.

À terme, un gaz circulant librement d’une partie à l’autre du continent-monde, intégrant énergétiquement l’Eurasie dans des proportions jamais vues, pour le plus grand malheur de qui vous savez…

Et ce n’est peut-être pas fini si l’on en croit une info cruciale, non encore disponible en français ni en anglais. Gazprom, qui a visiblement la folie des grandeurs, envisage déjà, en sus du Sila Sibirii II, un troisième gazoduc vers la Chine ! Les poètes seront ravis, c’est l’Altaï et son doux patronyme qui sont remis au goût du jour.

Bien sûr, entre les (difficiles) négociations, la signature du contrat et la construction du tube, ce genre de projet met de longues années à se concrétiser. Mais le fait qu’Alexeï Miller, PDG de Gazprom, en parle à l’assemblée générale annuelle des actionnaires est assez significatif sur la confiance du bonhomme.

Entre les deux forçats sibériens et l’Altaï, ce sont 130 Mds de m3 qui prendraient, à terme, le chemin du dragon assoiffé. Des pipelines reliant les deux bêtes noires de l’empire thalassocratique et totalement hors de sa portée…

=> Source : Le Grand jeu

L'observateur des soubresauts géopolitiques mondiaux, au Moyen-Orient et ailleurs.