Camelia Jordana passe à l’attaque : panique à bord dans la Macronie

Camelia Jordana passe à l’attaque : panique à bord dans la Macronie

Branle-bas de combat dans la Macronie en panique ! Nouvel acte des Gilets jaunes ? Manif virulente du personnel hospitalier, des avocats, des enseignants, des cheminots ? Attentat terroriste ? Non, vous n’y êtes pas : attaque frontale d’une chanteuse de variété, Camelia Jordana, contre les violences policières à répétition contre les déclassés (surtout de couleurs) en banlieue :

Commis qui plus est dans un temple de la médiacratie mainstream – On n’est pas couché, France 2 –, ce crime de lèse-majesté allait déclencher des réactions hallucinantes de violence, dans l’ordre, le  ministre Castaner, les syndicats de police (Alliance, SCPN), le Rassemblement national :

Grand merci à Camelia Jordana qui refuse d’en démordre

Mais qu’est-ce qui valait cette volée de bois vert surdimensionnée à celle qui n’était après tout qu’une simple chanteuse de variété invitée à « juste continuer de chanter et pas davantage » ?  Eh bien ceci : loin de s’adresser au petit parterre renfermé des militants chevronnés, Camelia Jordana touchait soudain un public dépolitisé bien plus vaste que le pouvoir pensait encore tenir sous sa coupe.

D’où cette montée au créneau paniquée des représentants d’un ordre contesté, ce déluge de condamnations assassines tombant dans le vide, cette effervescence d’une hiérarchie déboulonnée en ces certitudes. Avec évidemment effet Streisand assuré : plus ils s’en prennent à Camelia Jordana, plus son message porte dans l’opinion publique.

D’autant que cette vache de Camelia – merci à vous, Madame, pour votre courage – refuse d’en démordre :

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.