Des policiers en roue libre, réduits à des pulsions erratiques et idiotes

Des policiers en roue libre, réduits à des pulsions erratiques et idiotes

Le policier est un individu comme la bonne soeur ou le moine : il entre dans les ordres. Je veux dire qu’il obéit aveuglément à des ordres venus d’en haut, conditionné qu’il est à ne pas se poser de question, même lorsque sa conscience lui souffle confusément que certains de ces ordres pourraient être aberrants, insupportables, idiots ou odieux. Le policier défend toujours un ordre établi jusqu’à l’absurde.

Mais lorsque un ordre établi se disloque, lorsque le flot des ordres venus d’en haut se désagrège ou se tarit, alors le policier, en roue libre, tel un junkie en overdose ou en manque c’est selon, finit par ne plus obéir qu’à des pulsions erratiques et disloquées.

La Macronie, une dictature réduite à sa caricature

Le propre d’un régime dictatorial est d’être une force organisée, implacable. Mais  lorsque ceux qui sont censés défendre cet ordre en arrivent à des comportements si manifestement psychotiques, incontrôlés et idiots, vous savez que ce régime est déjà mort, une dictature réduite à sa caricature.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.