JD Michel : « L’essentiel des morts sont des morts politiques »

JD Michel : « L’essentiel des morts sont des morts politiques »

Jean-Dominique Michel est un anthropologue et expert suisse de renommée mondiale en matière de santé publique. L’interview qui suit, à écouter jusqu’au bout, a été réalisée le 25 avril par le site suisse PHUSIS. Ça dépote ! Et surtout ça remet les idées en place sur l’incroyable situation que nos sociétés occidentales, qui se croyaient encore “modernes” – et “scientifiques” ! –, viennent d’affronter.

Extrait :

« D’après ce qu’on sait aujourd’hui, les caractéristiques de l’épidémie de Covid, en terme de contagiosité, de dangerosité et de létalité [taux de décès/nombre de personnes infectées, ndlr], sont exactement les mêmes, en terme d’ordre de grandeur, que les épidémies d’influenza [grippe] que l’on a année après année. Ni plus, ni moins. Ce qui est rassurant quand même.

Et puis depuis le début, on a ce traitement médiatique assez halluciné qui en fait une espèce de catastrophe apocalyptique avec un ensemble d’indicateurs qui sont balancés à la face des gens et dont j’ai dit depuis le début, vous feriez la même chose avec la grippe année après année, ou avec les cancers ou avec les maladies cardio-vasculaires, vous généreriez le même état de terreur dans la population.

Ça, c’est une chose. Et puis la deuxième, c’est qu’il y a effectivement une mortalité très importante dans nos pays, plus que partout ailleurs, avec un discours de la part des autorités qui est intenable sur le plan scientifique, et qui est de dire « heureusement qu’on a confiné les gens, regardez le nombre de morts que cela génère, et si on ne l’avait pas fait, il y aurait encore plus de morts. » Je rappelle quand même qu’en Corée du sud, le taux de mortalité est de 4 par million d’habitants, qu’en Suisse on est actuellement à 180, en Espagne à 400 [rappel : France, 350 morts par million d’hab.]. Donc voyez l’ordre de grandeur, il y a cent fois plus de morts proportionnellement en Espagne qu’en Corée.

L’essentiel des morts sont des morts politiques, comme conséquence d’une politique sanitaire imbécile et létale. On est dans des zones de malhonnêteté intellectuelle et à mon sens même de perversité

« Toute l’épidémiologie infectieuse nous apprend que ce qu’on a fait est l’inverse que ce qu’il fallait faire. Il ne faut surtout pas confiner l’ensemble de la population comme on l’a fait. Il faut dépister très rapidement pour voir quelles sont les personnes contagieuses et les isoler le temps qu’elles ne le soient plus. Et si jamais on fait ça, l’épidémie passe en quelques semaines sans faire de dégâts. Nous, on a fait tout l’inverse, avec des pertes massives.

Ce que je dis, c’est que l’essentiel des morts du Covid sont des morts politiques, ce sont des morts comme conséquence d’une politique sanitaire imbécile et létale. Donc ça a tué des milliers de personnes, des décès évitables si on avait réagi intelligemment et des autorités qui viennent nous dire d’une manière scandaleuse  « regardez à quel point le virus est dangereux », alors qu’il n’est pas plus dangereux que le virus de la grippe. On marche vraiment sur la tête, on est dans des zones de malhonnêteté intellectuelle et à mon sens même de perversité. »

La suite à l’avenant, à écouter de bout en bout, vous dis-je :

=> Source : PHUSIS

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.