Crash des prix pétroliers : les explications de Jacques Sapir

Crash des prix pétroliers : les explications de Jacques Sapir

Explications très claires sur le crash des prix du pétrole et ses conséquences sur l’exploitation du pétrole de schiste US. Un fil Twitter de Jacques Sapir.


Le passage du prix du baril, pour l’indice WTI [prix-référence du pétrole brut à terme sur les marchés d’Amérique du nord, ndlr], en terrain négatif hier (-37$) frappe les esprits. Au-delà, car le prix est revenu légèrement positif cette nuit (+1,09$) il faut comprendre ce qui se passe.

C’est l’engorgement des capacités de stockage sur le territoire US qui en est la cause, associé à la politique de l’Arabie saoudite d’accroître massivement sa production en temps de récession économique.

On constate que le prix du Brent [prix-référence du pétrole brut à terme sur les marchés européens, ndlr] se maintient à 26-28 $ (et le pétrole russe, ou Ural Light est associé au Brent). Ceci indique que la relation USA-Arabie saoudite est au centre de la crise.

Trump a menacé de bloquer les importations saoudiennes aux USA. La possibilité pour qu’il introduise des droits de douanes sur le pétrole importé est désormais forte.

4 à 5 faillites de compagnies de gaz de schiste US par jour !

Car l’industrie du pétrole de schiste aux USA est la première victime de cette situation. Hors confinement, plus de la moitié des travailleurs sont licenciés et il y a 4 à 5 faillites de compagnie par JOUR actuellement.

Cette industrie a besoin d’un prix moyen entre 30 et 36$ (WTI). Mais pour de nombreuses petites compagnies, endettées, le prix minimal est plus de l’ordre de 48-55$. Or, ces compagnies assurent plus de 55% de la production.

Géopolitiquement, cela pourrait conduire soit les USA à s’investir plus officiellement dans les négociations OPEP+ soit à adopter une politique isolationniste avec la perte d’influence que cela entrainerait.

=> Source : fil Twittter de Jacques Sapir

 

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.