Premiers actes de désobéissance civique chez les soignants de terrain

Premiers actes de désobéissance civique chez les soignants de terrain

Devant l’incurie et la corruption criminelle des autorités politiques et sanitaires française, la révolte monte parmi les soignants de terrain.

Déjà les premiers appels à la désobéissance civile se profilent. Le Dr Claude Escarguel, ancien collaborateur du professeur Didier Raoult lance un appel à manifester le 25 avril à Six-Fours.

Le Dr Gérard Simler, médecin dans une région alsacienne particulièrement touchée par l’épidémie, frappé lui-même par le Covid-19 et rétabli après administration du protocole Raoult, a écrit une lettre ouverte à l’Ordre des médecins l’enjoignant de laisser les médecins libres de traiter leurs patients en « âme et conscience » :

« Peut-on qualifier d’un autre mot que “crime contre l’humanité” ou “crime de guerre”, puisque nous sommes en “temps de guerre !”, comme le dit le président Macron, l’action des pouvoirs publics qui :

– empêchent les médecins généralistes de traiter efficacement avec le mix hydroxychloroquine-azithromycine
– classent, comme par hasard, au tableau des substances vénéneuses mi-janvier 2020 une hydroxychloroquine auparavant en ventre libre
– font un tapage médiatique des effets secondaires majeurs de l’hydroxychloroquine additionné à l’azithromycine, alors que c’est un gros mensonge. »

« Le président se trompe, les Français doivent porter un masque dès maintenant«  et sans attendre le 11 mai, clame le professeur Philippe Juvin, chef des urgences à l’hôpital Geaorges-Pompidou (Paris).

Où l’on voit le personnel soignant entrer en dissidence… et les Gilets jaunes revenir sur terrain !

D’autres entrent carrément en dissidence et passent aux actes : la chambre syndicale des groupements et enseignes de pharmacie Federgy et l’Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO) ont annoncé que leurs adhérents allaient sans délai vendre des masques chirurgicaux à la population, malgré les strictes restrictions gouvernementales.

Nécessité et urgence oblige, la subversion finit même  par pénétrer les murs épais des temples les plus orthodoxes : l’AP-HP, dirigée par le très jésuite Martin Hirsch, annonce le début d’un essai hydroxychloroquine + azithromycine réservé « au départ » à son personnel soignant. Il faut un début à tout, même si on remarquera que le professeur Tréluyer, de l’unité de recherche clinique Necker-Cochin (AP-HP)/Université de Paris, présenté comme l’investigateur coordonnateur de cette étude appelée PrEP Covid, se garde bien de citer son collègue précurseur du protocole : le professeur Didier Raoult.

Et pendant ce temps-là, jusqu’aux Gilets jaunes qui repointent leur nez :

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.