France : le choix du confinement généralisé non ciblé est un échec total

France : le choix du confinement généralisé non ciblé est un échec total

La guerre des chiffres bat son plein. Au soir du 16 avril, la France comptait 753 morts de plus. Mais les autorités politiques et  Direction générale de la santé (DGS) préféraient se focaliser sur le nombre des patients en réanimation, en baisse pour la seconde fois consécutive : -209 patients.

Morts ou vivants, les patients sortis de réanimation ?

Problème, alertait le Dr Jérôme Marty, on ne sait pas si les patients sortis de réanimation l’ont été vivants ou morts :

« La première chose : on ne nous dit pas si ce sont des sorties de gens guéris ou si ce sont des sorties de gens malheureusement décédés. »

Et d’enfoncer le clou :

« La deuxième, c’est que l’immense majorité des gens hospitalisés ne le sont pas en réanimation. L’immense majorité des décès à l’hôpital ne sont pas des décès en réanimation, mais en soins continus. »

Troisième estocade du Dr Marty :

« On ne connaît absolument pas les statistiques des décès à domicile. »

Des chiffres trop honteux pour être dits

Au soir du 16 avril 2020, il y avait un autre chiffre terrible, passé inaperçu de la DGS, trop honteux sans doute pour être dit : +17.164 nouveaux cas positifs au Covid-19 annoncés une seule journée (+2.641 testés en hôpitaux et +14.523 révélés en Ehpad). Soit, pour lisser l’effet correction en Ehpad, une moyenne de +7.609 nouveaux cas par jour sur les 14 derniers jours, bien au-dessus des résultats de nos voisins.

Combien, parmi eux, promis à la réanimation, à la marginalisation en soins palliatifs en continu, renvoyés à la sortie les pieds devant, ou bêtement réexpédiés chez eux pour y finir leurs jours à l’abri des statistiques gênantes ? Combien parmi tous ces patients qui ne peuvent bénéficier de la réanimation artificielle dont ils ont besoin faute de lits et d’appareils disponibles ?

Pourcentage de personnes en réanimation par rapport au nombre de lits réa adultes disponibles dans chaque département (état au 15 avril)

La seule conclusion qu’on puisse aujourd’hui tirer de la politique française en matière de lutte contre l’épidémie de Covid-19 est qu’après plus d’un mois de mise en application, le choix d’un confinement indifférencié pour tous, sans ciblage via des tests de dépistage systématiques, sans port de masque généralisé, est un échec total.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.