Covid-19 : la résistance d’un pharmacien au nom de son serment

Covid-19 : la résistance d’un pharmacien au nom de son serment

Bruno Fellous est pharmacien à Levallois-Perret. Il raconte son parcours du combattant, malgré les tracasseries administratives, pour porter secours à ceux qui en ont le plus besoin pendant l’épidémie de Covid-19.

« Donc, on s’est dit, au lieu de vendre les masques, on va les donner »

« Il y a quelques jours, on a eu deux trois boîtes de masques [chirurgicaux et non FFP2, ndlr] par pharmacie, qu’on a été obligés de délivrer aux médecins à raison de 18 masques par semaine. Là, c’est un peu compliqué : il faut qu’ils [les médecins] signent un registre comme quoi on a bien délivré les masques, parce que le masque est quasiment devenu un stupéfiant. »

« Aujourd’hui, on peut avoir un peu plus de masques. Je fais partie d’un groupement de pharmaciens. On a décidé d’acheter des masques et de les donner aux clients. Pour nous, il faut au moins que la population soit préservée et se protège. Donc on s’est dit, au lieu de les vendre, on va les donner […] par deux ou trois à ceux qui en ont le plus besoin. »

« La résistance, c’est notre métier. On est là pour soigner des gens. On est là pour les protéger. J’ai signé un serment [de Gallien, serment des pharmaciens] quand j’ai commencé pharma. Donc, un moment, il faut prendre les armes et se dire ben on y va, et on donne les masques, on s’en fout, on se débrouillera. Si on doit se faire taper dessus, c’est pas très grave. Au moins on aura fait quelque chose pour la population. »

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.