Didier Raoult : « La seule chose qui importe en médecine, c’est l’efficacité »

Didier Raoult : « La seule chose qui importe en médecine, c’est l’efficacité »

Je ne connais pas le professeur Raoult, je ne suis pas à même de juger de la pertinence de son protocole contre le Covid-19 (d’autres le sont qui le testent avec succès à New York, en Chine). Mais ce qui se passe aujourd’hui autour de lui me fait irrésistiblement penser à Galilée quand il découvrit que la terre n’était pas plate, mais ronde, et qu’il se prit la “science” de l’époque contre lui.

Ceux qui brûlent aujourd’hui le professeur Didier Raoult sont ceux qui auraient brûlé Galilée hier, au nom d’une “science” dépassée. Je ne sais pas si le traitement du professeur Raoult enraiera le désastre de l’épidémie de Covid-19, mais je constate qu’il est pour le moment le seul à proposer un traitement là où la “méthode scientifique” des pontifiants y a déjà totalement échoué.

Le texte qui suit est la retranscription d’une interview donné par le professeur Raoult à Radio Classique le 1er avril 2020.


Ce que les gens croient, que la méthode [méthodologiste] qui rapporte est une méthode adaptée à la situation, témoignent du fait qu’ils ne connaissent absolument pas l’histoire de la médecine, ni l’histoire des sciences.

Dans les maladies infectieuses, on ne s’est pratiquement jamais servi de cette méthode pour montrer l’efficacité d’un médicament parce que les maladies infectieuses c’est extrêmement facile de mesurer si le microbe disparaît ou s’il ne disparaît pas.

Après, c’est des habitudes qui ont été prises et ont été rendues nécessaires en grande partie par l’industrie pharmaceutique et tout le monde a fini par prendre cette méthode pour de la science. Ce n’est pas de la science, c’est une habitude, c’est une manière d’approcher les problèmes. Il n’y a jamais eu d’évidence que ces études soient plus efficaces que ce que nous appelons les études historiques, c’est-à-dire la comparaison de la mise en place d’un traitement avec ce qui se passait avant qu’on est mis ce traitement.

Mais c’est des histoires de spécialistes scientifiques, ce n’est pas des histoires de plateaux-télé. C’est compliqué. Il y a des gens qui maintenant, comme dans tous les domaines, ne sont ni des praticiens, ni des scientifiques, dont le métier est devenu d’être les contrôleurs des travaux des autres, et qui sont sincères, et qui croient que c’est vraiment comme ça qu’on fait les choses parce que c’est un mouvement de mode.

C’est la méthode qui doit s’adapter à la question et pas la question qui doit s’adapter à la méthode

Moi, quand j’étais jeune, on ne pouvait pas faire un traitement contre une maladie infectieuse si on n’avait pas fait un modèle expérimental, ce qui est tombé en désuétude. Maintenant on se fiche de savoir si les lapins vont être traités pour une septicémie ou un staphylocoque ou ceci ou cela, mais quand j’étais jeune, c’était la mode. On trouvait ça dramatique de ne pas avoir fait un modèle expérimental. Ce sont des modes scientifiques, ce ne sont pas des réalités scientifiques.

La réalité scientifique, dans le modèle des maladies infectieuses aiguës, c’est quelque chose d’assez simple. C’est d’ailleurs aussi simple pour le sida. Vous savez, quand on a eu un médicament efficace, avec trois malades on savait. On mettait un anti-protéase, il n’y avait plus de virus dans le sang, c’était fini. Ce n’était pas la peine de faire des études avec 10.000 personnes.

C’est devenu un process qui est devenu extrêmement lourd, qui occupe une quantité de gens, dans lequel on finit par oublier que la seule chose qui est importante en médecine, c’est l’efficacité. Et que l’efficacité, c’est la méthode qui doit s’adapter à la question et pas la question qui doit s’adapter à la méthode.

=> Interview complète de Didier Raoult sur Radio Classique


SIGNEZ ET PARTAGEZ CET APPEL AUX MÉDECINS POUR QU’ILS APPLIQUENT SANS TARDER LE PROTOCOLE RAOULT À LEURS PATIENTS
Cliquer sur l’image pour signer l’appel.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.