Réfugiés : chroniques de la fin du monde

Photo : Joep.Bertrams.jpg

Un texte sur des Syriens arrivés à Istanbul et un reportage vidéo sur les valeureux qui sauvent des réfugiés lors de leur traversée de la Méditerranée.

C’est la fin du monde. Mais non, ne hausse pas les épaules. C’est la fin du monde, nous dit ce texte traduit par le site Kedistan dont voici un petit extrait.

« Comment puis-je vous aider ? De quoi avez vous besoin ? »

Ils se sont tus un court moment. Ils se sont regardés comme s’ils hésitaient à utiliser un droit qu’on leur offrait. On a attendu pendant un temps. Je ne sais pas combien de temps ce silence a duré. Finalement, celui qui était d’âge moyen, corpulent et moustachu a parlé. Et l’enseignant turc a tout de suite traduit.

« Nous avons besoin de sécurité, disent-ils. » J’ai regardé comme si je ne comprenais rien. Et c’est vrai, je ne comprenais pas. En attendant d’entendre pain, nourriture, travail, argent… ces mots étaient tombés comme un lustre qui s’écrase au milieu de la pièce. L’enseignant a marqué une pause. « Sécurité… » a-t-il dit de nouveau, d’une voix cassée.

Le réfugié syrien a dit encore quelques mots. J’ai bien vu que l’enseignant hésitait à traduire. Je l’ai regardé. Il a fini par traduire : « Depuis le jour où ils sont arrivés à Istanbul, cinq de leurs enfants ont été volés. Cinq fillettes… elles ont été volées. C’est pour cela. » ajoute l’enseignant.

C’est la fin du monde. Mais non, ne hausse pas les épaules. C’est la fin du monde, nous dit ce reportage de Jean-Paul Mari intitulé « Les migrants ne savent pas nager ». Le capitaine allemand prépare moralement son équipage à ce qu’il va voir au cours des prochains jours : « Les limbes, ce n’est pas exactement l’enfer. C’est une marche avant l’enfer. Je sais que la plupart d’entre vous savent beaucoup de choses sur ces gens qui sont en Libye et qui attendent de traverser. Avec des mots allemands, et pour faire simple, c’est quelque chose comme un camp de concentration pour ces gens. Et c’est l’esclavage. » Prends le temps de regarder in extenso. Ça en vaut vraiment la peine.

=> Dessin de Joep Bertrams (Pays-Bas)

A propos de Pierrick Tillet 3660 Articles
Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation.