Sarclo chante « Du brun » mais les pauvres relèvent la tête

Photo : Sarclo.jpgSarclo, « chantiste » suisse

Chaque lundi, pour bien commencer la semaine, on s’en remet une de derrière les fagots tout droit dans les oreilles. C’est la chanson du lundi.

Sarclo, ou Sarcloret selon les saisons, est un chantiste suisse. « Du brun » est une chanson désabusée comme l’ami Sarclo en a le secret entre deux bonnes tranches de rigolade.

Et c’est même pas des baffes qui s’ perdent
C’est l’homme qu’est comme ça, qu’est d’ la merde
C’est pas des trucs à mettre au point
C’est l’homme qu’est comme ça, qu’est du brun

Ces dernières temps le micro-marquis Macron du Grand-Duché de Phynances s’est beaucoup plaint de crimes de lèse-majesté. D’abord il s’est fait tutoyer par des sans-culottes qui ne portaient ni cravate ni costard. Ensuite il a pris un œuf sur la tête et c’était vraiment pour lui une deuxième mise à mort. Et puis, les oreilles et la queue, un gars a osé lui offrir publiquement un bleu de travail en lui disant que c’est avec ça qu’on travaille vraiment. Avec un bleu et pas avec un costard qui coûte un mois de salaire au Smic. Le forcené bavard a été ceinturé par le préfet — un kapo dormait en lui — avant d’être évacué de la salle par les sections spéciales qui ne manquent jamais dans l’entourage de l’oligarchie.

Et c’est la conspiration européenne de l’œuf mimosa. Cette semaine le premier ministre belge s’est fait arroser à la mayonnaise. Et les filles, qui ne l’ont pas raté, n’ont pas mégoté non plus sur le volume déversé. Un costard à un Smic recouvert de grandes zébrures de mayo ! Un shampooing à la mayo ! Bravo les filles ! L’oligarchie baisse la tête et le premier ministre ne voulait pas répondre à la presse à la suite de cet attentat cuisinier.

Moi j’ pensais qu’ la prochaine mondiale
Serait la guerre de ceux qu’ont la dalle
Je voyais les pauvres en mouvement
Contre les riches et l’occident

Sarclo a écrit sa chanson « Du brun » voici belle lune. Et son pessimisme foncier est fortement démenti depuis quelque temps. Oubliés le foulard et la jupe longue, l’islam, les cathos, les étrangers, les clodos. Oubliées toutes ces hordes de pas-comme-nous. Oubliées la laïcité, la nation et les valeurs de la Ripoublique. Oubliés tous les pièges à cons servis depuis si longtemps. L’oligarchie ne parvient plus à nous monter les uns contre les autres. Grèves, occupations, bloquages, manifestations. Voilà que c’est la lutte des classes qui revient en force et occupe tout le domaine public. C’est dingue, plus personne ne songe à nous parler d’islam !

Les riches qui chouinent pour un shampooing aux œufs, deux chemises déchirées ou trois ordinateurs défenestrés feraient bien de songer plutôt que l’aristocratie de naguère, trop aveuglée, a été suspendue aux réverbères, a été raccourcie par la guillotine ou a promené sa tête au bout d’une pique. Bien sûr nos procédés seront modernisés. Oui not’ monsieur, oui not’ bon maître, songez donc par exemple aux deux millions de fusils de chasse qui dorment dans les armoires… Mon bon Sarclo, la prochaine mondiale sera bien la guerre de ceux qu’ont la dalle.

A propos de Pierrick Tillet 3809 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.