Un acte relevant de l’activisme politique doit-il être condamné ?

Un acte relevant de l’activisme politique doit-il être condamné ?

Samedi matin, au marché de ma ville, je tentais de rassurer quelques amis Gilets jaunes qui se désespéraient de la diminution du nombre de manifestants dans les actes successifs. J’essayais de leur expliquer que le nombre de manifestants n’avait plus vraiment d’importance dans le contexte actuel.  Que nous étions passés du temps des manifestations à celui de l’activisme.

Des manifestations de masse à l’activisme politique

Les manifestations massives sont indispensables dans un contexte où les possibilités de discussion entre protagonistes restent ouvertes et qu’il importe d’abord de faire pression pour obtenir gain de cause sur tels ou tel points de divergence.

Mais aujourd’hui, chacun sait bien que toute possibilité de discussion est rompue avec le pouvoir. Le problème n’est plus de le faire reculer sur telle ou telle de ses décisions – fût-elle celle concernant la réforme des retraites – mais de renverser ceux qui l’exercent. L’activisme politique, qui est le fait de minorités agissantes, prend le pas sur les manifestations de masse.

L’occupation de centres commerciaux ou d’entreprises comme Blackrock, les actions contre de permanences politiques locales ou les interventions contre les réunions publiques d’élus du camp ennemi ont désormais beaucoup plus de poids que des défilés de 500.000 personnes sur un parcours fléché par les autorités et bordé par des cordons de policiers qui vous gazent, vous matraquent, vous éborgnent et vous mutilent quand l’envie leur en prend.

Le yetiblog n’aurait pas publié la sextape de Griveaux, mais ne condamnera pas un acte politique relevant d’un état de guerre sociale indéniable

Ce samedi matin-là, en discutant avec mes amis en gilets jaunes sur le port de Vannes, j’ignorais encore tout de “l’attentat” contre Griveaux. En une vidéo tournée par un idiot et rendue publique par l’activiste Piotr Pavlenski [photo], le pouvoir macronien a été plus gravement atteint que par tout ce qui a précédé depuis novembre 2018.

Loin de moi l’idée de penser que les 66 actes de Gilets jaunes et les manifestations massives de décembre 2019 n’ont aucun impact dans cet ébranlement. Bien au contraire, l’attentat de Piotr Pavlenski aurait sans doute été beaucoup moins ravageur sans le travail de sape mené au fil de ces longues semaines par les manifestants contre le pouvoir en place.

Un de mes proches me demandait dimanche si j’aurais publié la vidéo compromettante de Griveaux sur le yetiblog. Honnêtement, non… mais ne comptez pas sur le yetiblog pour condamner cet acte politique relevant d’un état de guerre sociale indéniable.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.