Todd : « Si la réforme des retraites passe, ce sera un coup d’État »

Todd : « Si la réforme des retraites passe, ce sera un coup d’État »

Avec cette réforme des retraites imposées aux forceps, « on est au bord de la sortie de constitutionnalité », explique Emmanuel Todd au micro de France Info lundi soir. Le fait d’être élu ne donne pas le droit à un parlement et à un président de  » faire voter des lois qui vont contre la constitution. »

« Si la réforme des retraites passe, ce sera un coup d’État », conclut-il pour justifier sa participation à un appel de personnalités pour un référendum sur la question.

Pas d’autre alternative pour contrecarrer un coup d’État qu’un contre-coup d’État populaire

On ne peut guère qu’approuver la conclusion d’Emmanuel Todd. Mais le problème, c’est qu’on enraie pas un coup d’État constitutionnel en réclamant un référendum à ceux qui sont en train de le commettre. Comment croire que des “putschistes” avérés vont accorder un acte démocratique qu’ils sont par ailleurs sûrs de perdre ?

Tout aussi dérisoire est de déposer des motions de censure qui n’ont aucune chance d’être adoptées ou de multiplier des amendements qui ne servent qu’à reculer vainement l’échéance. Et attendre l’échéance présidentielle 2022, dont on sait qu’elle sera aussi trafiquée et manipulée que celle de 2017, relève du constat de défaite. On n’a aucune chance de contrecarrer un coup d’État constitutionnel en continuant de jouer une comédie démocratique qui n’a plus aucun sens.

En réalité, rien ne sert plus de se voiler la face, il n’y a aucune autre alternative pour contrecarrer un coup d’État qu’un contre-coup d’État populaire.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.