Elle voulait nous parler des réfugiés

gazage.jpg
Un réfugié à béquilles gazé par un policier à Calais

Revue de toile à l’occasion de la fin d’une année de merde.

« Aujourd’hui ça a été terrible à l’école. Quand on est arrivés ce matin, la maîtresse nous attendait avec le directeur et ils avaient tous les deux une tête qui donnait pas envie de rigoler. On s’est mis en rang et une fois dans la classe, la maîtresse nous a dit qu’elle voulait nous parler des réfugiés parce que c’était un grave problème. » Riccardo nous offre une histoire inédite qu’elle est vraiment chouette : Le petit Nicolas, les réfugiés et la cantine. Elle est terrible ! Ça me fait l’occasion de te conseiller ses billets et photos de piéton de Paris, interlocuteur intermittent de Paul Emploi quand il ne zone pas au Musée du Louvre.

« Dans leur immense majorité, les Grecs de l’année 2015 finissante, s’accordent à dire que le gouvernement SYRIZA / ANEL […] est le pire gouvernement que le pays ait connu […] régime des Colonels compris. C’est un terrible constat que j’entends tous les jours, et cela bien au-delà des divisions supposées entre “gens de gauche” et “gens de droite” ; car le sentiment qui domine est celui de la dépossession définitive du pays, du futur, voire de la vie tout simplement. » Panagiotis Grigoriou, anthropologue, tient le carnet Greek Crisis, chroniques et photos, depuis les débuts de la catastroïka grecque. On conseille vivement aux dépressifs, comme aux allergiques au poil de chat, de fuir sa fréquentation.

« Donner une couverture médicale à ceux qui ne sont pas couverts par la sécurité sociale. […] Développer dans les mairies et les préfectures des cellules de soutien aux « personnes vulnérables. » La soupe populaire payée par l’État devait être élargie et prolongée d’une année. Une « facture sociale » d’électricité, permettant des baisses pour les ménages les plus fragiles, était aussi envisagée. Enfin, dans l’éducation, développer les classes de soutien. […] Ces dépenses sont jugées inutiles [par Bruxelles.] » Romaric Godin continue à nous donner des nouvelles de la Grèce dans La Tribune. À lire si tu n’as pas encore compris — l’Europe qui protège… — que les Grecs sont les cobayes d’un plan d’asservissement général auquel tu es soumis avec un temps de retard. Souhaitons la bienvenue aux réfugiés économiques grecs…

« Ils ont aspergé tout le monde sans sommation. » Desiree Kane, journaliste américaine, raconte la violence policière contre des militants écologistes paisibles dans une vidéo sur le site Reporterre.  Dois-je préciser que l’aspersion ne s’est pas faite avec du parfum de luxe ? Reporterre raconte par le menu cette visite au Grand Palais. Guidée par la BAC, brigade anti-criminalité, qui s’attaque à des non-violents armés de pancartes et slogans. Les poseurs de bombes rigolent. Nous accueillerons comme il se doit les réfugiés climatiques…

Rob Lawrie est un humanitaire bénévole. C’est ainsi qu’il rencontre Bahar, une fillette de 4 ans, dans la jungle de Calais. Le père supplie Rob d’emmener sa fille dans sa famille en Angleterre. L’hiver arrive… alors Rob finit par accepter de sortir Bahar de la jungle. Ils ont été arrêtés par la douane et Rob risque cinq ans de prison pour ce délit de solidarité. Des pétitions tournent en France comme en Grande-Bretagne.


Photo prise chez Passeurs d’hospitalités, une chronique quotidienne de la vie des migrants à Calais. Tu noteras que le gars gazé, à bout portant, marche à l’aide de cannes anglaises. C’est à ce genre de détail qu’on reconnaît une civilisation.

« Ce n’était rien qu’un peu de miel / Mais il m’avait chauffé le corps / Et dans mon âme il brûle encore / À la manière d’un grand soleil. » Chanson pour l’Auvergnat, Georges Brassens.

A propos de Pierrick Tillet 3916 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.