Emmanuel Todd dans les médias : le sublime, le très bon, le très évitable

Emmanuel Todd dans les médias : le sublime, le très bon, le très évitable

Emmanuel Todd vient de publier un nouvel ouvrage majeur : Les Luttes de classes en France au XXIème siècle (Le Seuil). Avant de rendre compte prochainement de cet ouvrage sur le yetiblog (suis en train de le dévorer, passionnant), penchons-nous sur trois interventions de l’auteur en pleine promo dans les médias.

Cela va du sublime au carrément évitable en passant par le très bon. Précisons qu’Emmanuel Todd, plutôt toujours égal à lui-même dans ses prestations, n’est que pour peu de chose dans ce classement qualificatif. Les différences apparaissent surtout selon les supports où il intervient.

Le sublime

Top du top, l’interview d’Emmanuel Todd par Kévin Boucaud-Victoire et Franck Dedieu pour Marianne. Entretien super bien structuré, questions intelligentes, réponses intelligentes, si vous ne devez en lire qu’une, c’est celle-ci.

Le très bon

Allez, rangeons dans cette catégorie du très bon, l’entretien d’Emmanuel Todd avec Guillaume Erner sur France Culture. Les questions sont loin d’être aussi intéressantes que dans l’exemple précédent, mais Todd parvient à tirer son épingle du jeu pour livrer un discours cohérent.

Le très évitable

Mais qu’est donc allé faire Emmanuel Todd dans l’insupportable émission de Ruquier, On n’est pas couché ? Il y a longtemps que cette émission-poubelle-variétoche est totalement infréquentable. D’ailleurs, je ne l’ai pas regardée, mais le peu que j’ai pu voir sur mon fil Twitter des “échanges” entre Todd et ce crétin notoire de Romain Goupil font que je ne vous épargne le lien vers cette sombre merde sans intérêt.


EDIT : cette interview de Todd par Taddéi (Interdit d’interdire) n’était pas sortie au moment de la rédaction de mon billet. Vous pouvez la rajouter aux must à ne pas rater :

=> Photo d’intro : Aldo Soares pour Marianne

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.