L’hypocrisie morale de l’impeachment, par Chris Hedges

L’hypocrisie morale de l’impeachment, par Chris Hedges

La procédure de destitution contre Trump, ou le désastre démocratique américain vu par le journaliste US Chris Hedges. Source : Truthdig.


Le lancement du processus de destitution fut une manifestation nauséabonde d’hypocrisie mortelle. Les morsures sonores des Républicains et des Démocrates sont rapidement devenues prévisibles. Les Démocrates, bien qu’ils aient applaudi l’annonce des résultats du vote avant d’être rapidement réduits au silence par la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, ont cherché à se draper de gravité et de solennité. La décision calculée de Pelosi d’ouvrir la procédure de mise en accusation avec la version “under God” de 1954 du Serment d’allégeance était un signal en phase avec le Nouveau maccarthysme régnant dans le parti. Les Démocrates se présentent comme des sauveurs, la dernière ligne de défense entre une démocratie constitutionnelle et la tyrannie. Les Républicains, aussi écœurants moralisateurs que les Démocrates, ont proposé des analogies ridicules pour attaquer ce qu’ils ont condamné comme un procès-spectacle, y compris la déclaration du représentant Barry Loudermilk selon laquelle « Ponce Pilate a accordé plus de droits à Jésus que les démocrates n’ont accordés à ce président ». Les Républicains se sont prosternés sans vergogne tout au long du processus de 10 heures aux pieds de leur chef de secte Donald Trump, offrant une fidélité abjecte et éternelle. Ils ont accusé avec colère les Démocrates de chercher à renverser les élections de 2016 par un coup d’État législatif.

C’était un spectacle ahurissant, dépourvu de morale et d’éthique, le genre de théâtre politique qui caractérise les régimes despotiques. Personne à la Chambre ne protégeait la Constitution. Personne ne cherchait à tenir pour responsables ceux qui l’avaient violé. Personne ne luttait pour rétablir l’état de droit. Les deux parties, qui ont déchiqueté les protections et les droits constitutionnels et vendu le processus politique aux plus offrants, ont commis des violations constitutionnelles flagrantes pendant des années et les ont ignorées lorsqu’elles ont été rendues publiques. Les positions morales ont un coût, mais presque personne au Congrès ne semble disposé à payer. La tentative de faire passer Trump pour un agent russe a échoué. Maintenant, les démocrates espèrent le discréditer avec des accusations d’abus de pouvoir et d’outrage au Congrès.

Un processus de destitution qui a boosté la cote de popularité de Trump

La politisation du processus de destitution n’a fait qu’exacerber les antagonismes et la polarisation du pays. Ironiquement, cela a accru le soutien à Trump, qui dans cet environnement toxique pourrait bien être réélu. Sa cote de popularité a grimpé à 45%, contre 39% lorsque l’enquête de destitution a été lancée, selon le dernier sondage Gallup, mené du 2 au 15 décembre. Il s’agit de la troisième augmentation consécutive de la cote d’approbation de Trump. Parmi les Républicains, Trump a un taux d’approbation de 89%, près de neuf personnes sur 10, dans le GOP [Grand Old Party, acronyme du Parti républicain américain, ndlr]. Cinquante et un pour cent des Américains s’opposent à la destitution et au renvoi, en hausse de cinq points depuis le début de l’enquête de la Chambre, rapporte Gallup.

Oui, le mépris de Trump pour le Congrès et la tentative de faire en sorte que Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, ouvre une enquête sur Joe Biden et son fils Hunter, en échange de près de 400 millions de dollars d’aide militaire américaine et d’une permission pour Zelensky de se rendre à la Maison blanche, sont des motifs de destitution, mais mineurs par rapport aux violations constitutionnelles que les deux partis ont institutionnalisées et, je le crains, rendues permanentes. Ce sont ces violations constitutionnelles bipartites répétées – et non Trump – qui ont entraîné le naufrage de notre démocratie. Trump est le pus qui sort de la blessure.

Si les Démocrates et les Républicains étaient déterminés à défendre la Constitution, pourquoi n’ont-ils pas mis en accusation George W. Bush lorsqu’il a lancé deux guerres illégales qui n’ont jamais été déclarées par le Congrès comme l’exige la Constitution ? Pourquoi n’ont-ils pas mis en accusation Bush lorsqu’il a autorisé la mise sous surveillance gouvernementale de l’ensemble du public américain en violation directe du quatrième amendement ? Pourquoi n’ont-ils pas mis en accusation Bush alors qu’il autorisait la torture avec l’enlèvement de suspects terroristes dans le monde entier et les détenait pendant des années dans nos sites hors-la-loi et nos colonies pénitentiaires extérieures ? Pourquoi n’ont-ils pas mis en accusation Barack Obama quand il a porté le nombre de ces guerres illégales à onze, si l’on compte le Yémen ? Pourquoi n’ont-ils pas mis en accusation Obama quand Edward Snowden a révélé que nos agences de renseignement surveillent et espionnent presque tous les citoyens et téléchargent nos données et mesures sur les ordinateurs du gouvernement où elles seront stockées à perpétuité ? Pourquoi n’ont-ils pas mis en accusation Obama lorsqu’il abusa de l’autorisation 2002 pour l’Utilisation de la Force militaire afin d’effacer les procédures en cours et donner à la branche exécutive du gouvernement le droit d’agir en tant que juge, jury et bourreau pour assassiner des citoyens américains, à commencer par le religieux radical Anwar al-Awlaki et, deux semaines plus tard, son fils de 16 ans ? Pourquoi n’ont-ils pas mis en accusation Obama lorsqu’il a promulgué l’article 1021 de la National Defense Authorization Act, annulant en fait le Posse Comitatus Act de 1878, qui interdisait l’utilisation de l’armée comme force de police nationale ?

Il existe d’autres violations constitutionnelles bipartites, notamment la violation de clauses conventionnelles censées être ratifiées par le Sénat, la violation de la Constitution en procédant à des nominations sans demander l’accord du Sénat, et l’utilisation abusive systématique des décrets. Mais les deux principaux partis politiques, salivant à l’idée d’exercer le pouvoir monarchique qui accompagne désormais la présidence, ne souhaitent nullement mettre un frein à ces violations bien plus dangereuses.

L’utilisation sélective des deux violations pour destituer Trump est une militarisation du processus de destitution. Si les Démocrates prennent le contrôle de la Maison blanche et que les Républicains contrôlent le Congrès, la destitution, justifiée ou non, deviendra une autre forme de pression politique exercée au sein de notre système politique dysfonctionnel et divisé. L’état de droit sera un prétexte, comme dans le processus actuel de mise en accusation et de procès devant le Sénat.

Le cirque de la destitution, qui aboutira à une émission pré-ordonnée, chorégraphiée et télévisée au Sénat, a coïncidé avec la publication par le Washington Post de ce qu’on appelle les Afghanistan Papers. Le Post, grâce à une bataille juridique de trois ans, a obtenu plus de 2 000 pages de documents internes du gouvernement sur la guerre. Les documents détaillent les mensonges bipartites, la fraude, la tromperie, la corruption, le gaspillage et la mauvaise gestion flagrante pendant le conflit de 18 ans, le plus long de l’histoire des États-Unis. Il s’agit d’un acte d’accusation ampoulé de la classe dirigeante qui, comme le notent les journaux, depuis 2001 a vu le Département de la défense, le Département d’État et l’Agence américaine pour le développement international dépenser ou gagner des sommes comprises entre 934 et 978 milliards de dollars, selon une estimation corrigée de l’inflation calculée par Neta Crawford, professeur de science politique et codirecteur du projet Coûts de la guerre à l’Université Brown. « Ces chiffres », ajoute le Post, « n’incluent pas l’argent dépensé par d’autres agences telles que la CIA et le ministère des Anciens combattants, qui est responsable des soins médicaux pour les anciens combattants blessés. »

Ces vérités que les mandarins républicains et démocrates hyperventilés du Congrès préfèrent masquer

Cette fenêtre sur le fonctionnement interne de notre élite dirigeante en faillite, responsable de destructions massives et de la perte de dizaines, voire de centaines, de milliers de vies en Afghanistan, a été largement ignorée par les médias lors de la procédure de destitution. Aucun des partis politiques, et aucun de leurs courtisans dans les émissions de télévision par câble, ne s’est préoccupé de dénoncer l’échec bipartisan, le mensonge et l’incompétence grotesque des États-Unis pendant les années où ils ont occupé l’Afghanistan. Les responsables afghans et américains admettent que les talibans sont plus forts maintenant qu’à aucun autre moment depuis l’invasion de 2001.

Dans une démocratie qui fonctionne, la publication des Afghanistan Papers conduirait des généraux et des politiciens, qui ont sciemment trompé le public, à répondre de leurs actes devant les commissions du Congrès. Les audiences de Fulbright, pendant la guerre du Vietnam, bien qu’elles n’aient pas conduit à des poursuites, ont au moins brutalement contraint des responsables américains à rendre des compte et ont rendu public leur duplicité et leur échec. Mais à la suite des nouvelles révélations, personne dans les partis politiques ou les militaires ne sera tenu responsable de la débâcle en Afghanistan, un conflit qui a vu un énorme gaspillage de ressources, y compris près d’un billion de dollars qui auraient pu être utilisés pour faire face notre inégalité sociale prononcée, reconstruire notre infrastructure en décomposition et aider à mettre fin à notre dépendance aux combustibles fossiles.

Les journaux afghans révèlent une vérité que les mandarins républicains et démocrates hyperventilés du Congrès préfèrent masquer. Sur tous les principaux problèmes structurels – guerre, économie, recours à la police militarisée et au plus grand système pénitentiaire du monde pour le contrôle social, corruption des processus électoraux et législatifs par l’argent privé, réduction des impôts pour les riches et les sociétés, accords commerciaux, austérité, urgence climatique et accélération rapide de la dette publique – il n’y a pas ou peu de différence entre les Républicains et les Démocrates.

Les affrontements politiques n’ont aucune substance, quoi qu’on nous ait dit lors des audiences de destitution. Ils sont rhétoriques et largement sans conséquence. Les Républicains et les Démocrates ont récemment adopté un projet de loi de défense de 738 milliards de dollars pour l’exercice 2020, une augmentation de 21 milliards de dollars par rapport à ce qui a été promulgué pour l’exercice 2019. La décision a été adoptée par 377 voix contre 48. Les États-Unis dépensent plus pour leurs forces armées que l’ensemble des dix autres pays suivants dans le classement. Aussi, un jour après le vote d’impeachement pour le président Trump, les Républicains et les Démocrates à la Chambre ont adopté une réécriture à peine voilée de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) datant de l’administration Clinton, cet accord de libre-échange de 25 ans qui a désertifié nos centres de production et délocalisé nos emplois et de notre production au Mexique. Encore une fois, le vote a été déséquilibré, 385 voix contre 41. Lorsque les riches et nos chefs d’entreprise veulent que quelque chose soit fait, cela se fait. C’est eux que nos élus servent, pas nous. Nous devons être contrôlés.

Les politiciens Républicains et Démocrates, comme les généraux, les bureaucrates du gouvernement et les chefs des services de renseignement, une fois qu’ils quitteront leurs postes au gouvernement, seront généreusement récompensés par des emplois de lobbyistes et de consultants ou par la nomination à des conseils d’administration. Ces politiciens sont les produits mutants de notre système de corruption légalisée, les kleptocrates éhontés. Les seuls intérêts qu’ils servent sont les leurs. Cette vérité lie la moitié du pays à Trump, qui, bien qu’escroc lui-même et manifestement corrompu, flétrit et moque les élites dirigeantes qui nous ont trahis.

Trump et ses partisans n’ont pas tort de condamner l’État profond – les généraux, les banquiers, les corporatistes, les lobbyistes, les chefs du renseignement, les bureaucrates du gouvernement et les technocrates qui supervisent la politique intérieure et internationale, peu importe qui est au pouvoir. Les documents sur l’Afghanistan, tout en détaillant le bourbier en Afghanistan – où plus de 775 000 Américains ont été déployés au cours des 18 dernières années, plus de 2 300 soldats et Marines tués et plus de 20 000 blessés – illustrent également à quel point les deux partis au pouvoir et l’État profond travaillent ensemble de manière transparente.

Remplacer la face hideuse de l’empire (Trump) par sa face bénigne et décorative (Joe Biden)

« Qu’avons-nous obtenu pour cet effort de 1 milliard de dollars ? Cela valait-il 1 milliard de dollars ? » dit Jeffrey Eggers, un retraité du Navy SEAL et membre du personnel de la Maison blanche pour Bush et Obama, cité par le Washington Post. « Après le meurtre d’Oussama Ben Laden, j’ai dit qu’Oussama riait probablement aux éclats dans sa tombe détrempée en pensant au montant que nous avons dépensé pour l’Afghanistan. »

Le Post écrit : « Les documents contredisent également l’interminable litanie des déclarations publiques de présidents, commandants militaires et diplomates américains assurant aux Américains année après année qu’ils progressaient en Afghanistan et que la guerre valait la peine d’être poursuivie. Plusieurs des personnes interrogées ont décrit des efforts explicites et soutenus du gouvernement américain pour induire délibérément le public en erreur. Ils ont révélé qu’il était fréquent au quartier général militaire de Kaboul – et à la Maison blanche – de fausser les statistiques pour faire croire que les États-Unis gagnaient la guerre alors que ce n’était pas le cas. »

« En tant que commandants en chef, Bush, Obama et Trump ont tous promis la même chose au public », note le Post. « Ils éviteraient de tomber dans le piège de l’édification d’une nation en Afghanistan. Sur ce point, les présidents ont lamentablement échoué. Les États-Unis ont alloué plus de 133 milliards de dollars pour construire l’Afghanistan – plus qu’ils n’en ont dépensé, corrigé de l’inflation, pour relancer l’ensemble de l’Europe occidentale avec le plan Marshall après la Seconde Guerre mondiale. »

Il n’y a pas de différence, les Afghanistan Papers le montrent clairement, entre le mensonge et l’incompétence de l’appareil politique, quel que soit le camp qui contrôle le Congrès ou la Maison blanche. Aucun parti ou élu n’ose défier le complexe militaro-industriel ou les autres titans de l’État profond. À travers leur procédure de destitution, les Démocrates n’ont pas l’intention de restaurer les droits constitutionnels qui limiteraient le pouvoir de l’État profond et protégeraient la démocratie. L’État profond les finance. Il les maintient en fonction. Les Démocrates cherchent à remplacer la face hideuse et vulgaire de l’empire que représente Trump par la face bénigne et décorative de l’empire qu’est Joe Biden. Ce à quoi les Démocrates et l’État profond, qui s’est allié avec le Parti démocrate, s’opposent, c’est au masque, pas à ce qu’il y a derrière. Si vous doutez de moi, lisez la série en six parties sur l’Afghanistan dans The Post.

=> Source : Chris Hedges, Truthdig (traduction et intertitres : Pierrick Tillet)

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.