Législatives GB : un second referendum très net en faveur du Brexit

Législatives GB : un second referendum très net en faveur du Brexit

Les législatives britanniques du 12 novembre auront finalement été une sorte de second référendum sur le Brexit : Boris Johnson, seul candidat véritablement brexiter, a enfoncé tous ses opposants, à commencer par le Labour du louvoyant Jeremy Corbyn.

Les premiers résultats sortis des urnes sont sans appel :

Puisque la gauche ne veut pas du Brexit, celui-ci sera de droite

Ce que révèle ces résultats, humiliants pour tous les faux-culs qui, comme Corbyn, tournaient autour d’un pot de chambre assez malodorant dès qu’il s’agissait d’Europe, c’est que les Britanniques tenaient mordicus à leur sortie de l’imbuvable Union européenne. Et qu’ils l’ont fait savoir de façon aussi cinglante que concluante ce 12 novembre.

Puisque la gauche louvoyait en se torchant le nez sur le Brexit, il ne restait plus à nos voisins d’outre-Manche qu’à choisir la droite pour mener ce projet de séparation à exécution. Oh, nul doute que les commentaires vinaigre vont aller bon train chez les militants de gauche marris : Boris le fou, Brexit réac, punition à venir certaine des électeurs ingrats…

Mais le camouflet des électeurs britanniques est là. Et le remue-méninge aigre d’une gauche totalement dépassée, du Labour de Jeremy Corbyn au Podemos de Pedro Iglesias en passant par le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon (paix à l’âme meurtrie du Syriza d’Alexis Tsipras), sonne comme le glas définitif de son manque d’ambition.

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.